Accéder au contenu principal

Le billet décousu : épisode 2 : Moanin'

Autre plaisir ressurgi de mon passé, pendant mes travaux, et qu'il faut absolument que je blogge, comme une plante verte dans un herbier : Moanin'. Depuis que je consomme de l'oxygène parmi vous, une des meilleures choses qui me soit arrivé a été de jouer dans un big band de jazz.

Ah le Djazz ! La musique de Djaaazz !! Étrange genre, fidèle bande sonore qui prend le sens que vous voulez bien lui donner. Musique d'ascenseur ou de tapisserie parfois, que l'on boit comme de la soupe, avec laquelle on occupe l'espace comme un meuble, musique de concert par ailleurs, peuplée de brodeurs virtuoses et de jongleurs énervés, qui vous transporte, musique de sage, de sauvage, d'intellectuel, de quadragénaire cool avec chemise à fleur ou de danseur en colère. Mais jouer du Djjazz ! Dans un big band de djaazz !

Ce morceau, Moanin', de Charlie Mingus :



free music

Je suis à la basse, parmi une troupe bien fournie de cuivres au grand complet : trombones, saxophones, trompettes. Le métal est rutilant, nous sommes tous en position, comme une batterie d'artillerie pour chasser des canards en plastique. Au milieu, on se sent au chaud, peuplé, fortiche ; contrairement au métropolitain, chacun a sa place assise et son pupitre pour lire les mains libres. Nous sommes souvent presqu'aussi nombreux que le public, et nous pouvons l'intimider avec beaucoup de son. Il ne nous fait pas peur, et nous n'avons peur de personne, comme sur un tandem pétaradant et interminable qui dévale une route dans une douce campagne. A la basse, je suis au fond, ma tête se perd parmi les autres, comme sur une photo de classe.

Le morceau démarre, le saxophone baryton râle le thème avec sa voix aigre de pingouin asthmatique ; à la façon du boléro, les instruments arrivent un par par un, les trombones vont se rouler dans la claire fontaine des trompettes comme de suaves hippopotames tandis que, agiles, rapides et furtifs les saxophones zélés soulèvent la poussière de leur galop aigu.

Les improvisations naissent ; comme un cargo en forme de toupie, l'orchestre est lâché dans la nature. Il tangue, il tremble, le public implore notre pitié, il va y en avoir de partout. Le soliste se transforme en plusieurs solistes, nous inventons des planètes furieusement, tapons sur les atomes, maltraitons les éléments. Frénétiquement, laborieusement le savant boucan est entretenu comme une cheminée battue par des ventilateurs, l'ondulation du verre liquide est maintenu par des souffleurs rouges. Beaucoup ont passé du temps à faire des gammes, studieux, sérieux, appliqués, s'ennuyant avec des exercices ingrats, mais maintenant, on se lâche, il n'y a plus de fausses notes, on respire, on s'exprime, on se tord et on se vide comme des citrons pressés.

Et voilà la musique qui se pose, on réanime le saxophone baryton qui a respiré son quota d'atmosphère pour le mois. Le public applaudit, les enfants sont contents, c'est comme taper sur des casseroles. Je vois la nuit tombée de son arbre, souvenir d'apéritif.

Je sifflote quelques années plus tard ce morceau au refrain délirant, infredonable, dans le quasi-silence ponctué par mon rouleau de peinture.

Commentaires

  1. Quoi ? pas un seul commentaire ? honte ! ce billet est *beau*, enlevé et... jazzy ! oui ! et Charlie Mingus, où qu'il soit, est ravi et sourit dans son lit ! on s'y croirait, on y est, dans l'orchestre jazzy, on s'y croit, on est bien au chaud, nous aussi...

    RépondreSupprimer
  2. Papotine, quelle bénediction de t'avoir sur mon blog ! :) Si tu as entrepris de peupler ce désert de commentaires, tu as ma reconnaissance infinie !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…