Accéder au contenu principal

Entracte : le caleçon noir

Demain, je pars à Lyon, pour quatre jours, un mariage en (belle) famille. Ah les giga-réunions de famille ! Les repas copieux, le vin, et tous ces sans-papiers-pédophiles-détenteurs-d'un-chien-dangereux qui vont avoir les oreilles qui sifflent ! Organisons une battue ! Coupons leur la tête ! Et ces pauvres qui profitent des riches, et ces riches qui exploitent les pauvres, et tous ces fainéants, ces nantis, ces gens qu'on voit chez Julien Courbet. Ces métiers disparus (sabotier, rémouleur, etc.). Ca va dénoncer dur.

Mais aussi ces moments impromptus échangés avec un improbable cousin, à la lueur de l'alcool. Cette tante vieillissante et attendrie, qui n'a pas d'enfants, mais un caniche presque aveugle.

Cet oncle taiseux, gris sous sa casquette, cette inconnue orange de maquillage, ployant sous les bijoux. Cet adolescent à la moue dégoûtée, comme si son existence avait l'aspect et la saevur du pâté pour chat.

L'ami de la famille, qui erre là par hasard, un peu chauve, avec une chemise repassée et raide, guettant éperdument les filles célibataires. Le moustachu blagueur qui éclate de rire le premier, et vous regarde dans les yeux pour vous forcer à rire, aussi.

S'excuser de ne pas être propriétaire de son appartement, s'extasier devant le jeune cousin qui l'est, lui, et qui a la tête sur les épaules, et un métier dans les mains.

Je m'égare : le sujet d'aujourd'hui est mon caleçon de bain. C'est E. qui me l'a suggéré : nous discutions hier de choses et d'autres, et je lui racontais comment j'aimerais conserver dans ce blog quelques moments rigolos de notre quotidien, comme - je l'ai dit - des plantes dans un herbier.

Ce matin, donc, elle me lance : "Tu as noté l'histoire du caleçon ?
- Ooff, c'est pas très intéressant, je vais pas surcharger l'internet de quelques octets supplémentaires avec cette histoire insignifiante."

Allons bon. Je vais donc vous narrer l'histoire édifiante mais néanmoins brève de moi en caleçon de bain cet été.

Nous avions eu une chance incroyable : le seul week-end de l'été avec du soleil, nous avions réservé une chambre dans un hôtel avec une piscine, près de la forêt de fontainebleau, histoire de nous féliciter pour notre déménagement épique.

Il a fallu que je m'achète un maillot de bain : le vendredi, je suis allé au Gigathlon pour me dégoter un truc. Dans un rayon bleu pas cher, des machins sont entassée en vrac, froissés, pire que dans mon placard ; des caleçons de bain à 5 euros ! Moi qui suis une sorte de Laure Manoudou en négatif, je me dis, oh, ça va bien faire les 25 prochaines années, ce superbe caleçon noir, à raison de trois immersions par an (en comptant le passage à la machine à laver).

Je regarde la taille : l'information indiquée est "1m75". Je mesure 1m83. Je me dis : "Ça va aller. Je ne suis pas non plus Sébastien Chabal".
Quelle bonne affaire ! En plus, il est noir ce caleçon, comme l'ombre, comme Dark Vador, comme Mister Black dans "Reservoir Dogs".

Plus tard, devant la piscine. Je l'enfile, c'est étroit, ça coince, et je suis plus moulé que Spiderman dans une boite de nuit du Marais. Chaque pas ruine les chances de faire un petit frère à Kéké. Comme par hasard, des gens beaux, à l'aise, sportifs se meuvent avec aisance au bord de la piscine, me lançant des "saluts" sympathiques, tandis que je cherche un trou derrière un bosquet pour finir ma vie.

E. me découvre avec effroi. Elle regarde l'étiquette : "C'est du 14 ans ! Tu as pris du 14 ans !".
Puis secoue la tête et poursuit: "Le temps passe, tu sais. Irrémédiablement. La jeunesse s'enfuit, etc. Qu'est-ce que tu veux prouver, en portant du 14 ans ?"

Le soir, c'est la détente, je me déshabille. J'ai... comment dire... la peau grillagée, j'ai de la compote intime.

Voilà, c'était l'histoire du caleçon noir, de cet été.

Commentaires

  1. Nous savons désormais, qu'entre 14 ans fillette et Chabal, il y a la compote intime...
    Ps: Tu me fais peur avec ton mariage...

    RépondreSupprimer
  2. @Ash : j'ai cru comprendre que tu te maries bientôt, non ? :)

    RépondreSupprimer
  3. Comment connais-tu la "saevur" du pâté pour chat ?

    RépondreSupprimer
  4. "plus moulé que Spiderman dans une boite de nuit du Marais"
    !!!
    je me marre !
    "compote intime" : mouarff !


    (ce billet est excellent)
    Cent fois mieux que des photos, on imagine très bien le look de spiderman au bord de la piscine, entouré de gars bronzés à l'aise sortis de Bay Watch, et le soir, la peau grillagée ! ah ! mais quelle vidéo en plan... serré !

    RépondreSupprimer
  5. Et les portraits de famille, au début, si bien croqués ! j'ajouterais les propos un peu vagues et creux, mais qui remplissent quand même les coussins du sofa, parce qu'on ne se connaît pas trop, qu'on ne sait pas trop quoi dire, qu'on tourne autour des mots, sans s'approcher trop, verre ou fourchette à la main, l'air de rien.

    RépondreSupprimer
  6. Balmeyer : Oui et tu fais pas grand chose pour me rassurer quant à cet'putain de soirée ... ;)

    RépondreSupprimer
  7. @ash : t'inquietes pas, le mien (car je suis marié) s'est très bien passé : en général, les concernés ne s'enuient pas... :)

    @papotine : bon voyage dans mes billets ! ;)


    @effisk... arf... une soirée trop arrosée ?!?

    RépondreSupprimer
  8. Oui oui 7 commentaires ! vite ! go have a silly walk !

    RépondreSupprimer
  9. Bon, ça fait 3 jours que j'essaie désespérément de poster un commentaire sur ce texte... Mais maintenant, je sais plus ce que je voulais dire...
    Ha si. Un truc avec "c'est bien de chercher l'enfant que tu futes au fond de ton caleçon". Et puis aussi rassurer Ash gniark gniark gniark.
    :p

    RépondreSupprimer
  10. Plancton : Tu me rassures vachement... ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…