jeudi 16 août 2007

Les couleurs transparentes

Et un mur de plus peint dans notre salon ! Ca en fait trois. Le dernier - le meilleur pour la fin - est un mur quasiment sans paroi, comme disait Brel "avec des tas de fenêtres, avec presque pas de mur". On s'en fait un par jour de congé, entre deux cartons, deux promenades avec Kéké. On va se faire le dernier en une heure, nom de Zeus.

En plus, les couleurs sont transparentes : on ne les voit pas. Discrétion et subtilité absolues. Non, ce n'est pas le stupéfiant rose barbie de notre cuisine, c'est la couleur Cyrano, celle qui reste dans l'ombre. La teinte est tellement légère qu'il faut se concentrer pour voir là où l'on peint. L'avantage, c'est que tout le monde aime, tout le monde est content. Ah oui, le blanc transparent ça va super bien avec le bleu invisible. Manque une touche de mauve incolore, et tout est assorti. Attention, ce sont des peintures "nacrées", ni satinée, ni mat, non, nacrée. Le mode d'emploi nous avertit : il faut savoir les prendre, ces petits grains de nacre, il faut peindre dans le bon sens, remuer le pot avec douceur, leur parler, les cajoler, sinon ils se révoltent, descendent du mur et vous mangent en pleine nuit.

Et attention le nom des couleurs ! Ce n'est pas "mauve - blanc cassé - bleu", mais "Magie, Lune et Nuée". Je plaisantais avec ça, le rouleau à la main, et E. me regarde d'un air abattu : "tu ne les aimes pas ces couleurs ?..." Mais si, je les aime ces couleurs, elles sont comme nos vies, dérisoires et drôles, il fallait nécessairement les inventer. Je les adopte. La nuit tombée, on regarde le mur, et les couleurs invisibles rendent bien dans l'obscurité. Nous sommes les John Cage de la peinture murale. Comment dire, ça luit, ça brille, on voit les grains de nacre vibrer au contact des lumières de la rue. On dirait un caillou au clair de lune. Magie, lune et nuées.

2 commentaires:

  1. Ah oui ! la littérature des pots de peinture !
    Mais c'est chouettement poétique, les couleurs transparentes, du John Cage, oui... comme tout le billet : on le voit pas, on lit, ya des mots, mais on est ailleurs, téléportation directe, sur engin nacré, dans la surface lisse des murs, en pleine couleur transparente, on plisse les yeux... on sent un peu la peinture, même... mais bon à la fin vous enfoncez trop le clou, avec les trois derniers mots, je trouve...

    RépondreSupprimer
  2. oui bien sure les couleurs c la vie!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer