Accéder au contenu principal

Les couleurs transparentes

Et un mur de plus peint dans notre salon ! Ca en fait trois. Le dernier - le meilleur pour la fin - est un mur quasiment sans paroi, comme disait Brel "avec des tas de fenêtres, avec presque pas de mur". On s'en fait un par jour de congé, entre deux cartons, deux promenades avec Kéké. On va se faire le dernier en une heure, nom de Zeus.

En plus, les couleurs sont transparentes : on ne les voit pas. Discrétion et subtilité absolues. Non, ce n'est pas le stupéfiant rose barbie de notre cuisine, c'est la couleur Cyrano, celle qui reste dans l'ombre. La teinte est tellement légère qu'il faut se concentrer pour voir là où l'on peint. L'avantage, c'est que tout le monde aime, tout le monde est content. Ah oui, le blanc transparent ça va super bien avec le bleu invisible. Manque une touche de mauve incolore, et tout est assorti. Attention, ce sont des peintures "nacrées", ni satinée, ni mat, non, nacrée. Le mode d'emploi nous avertit : il faut savoir les prendre, ces petits grains de nacre, il faut peindre dans le bon sens, remuer le pot avec douceur, leur parler, les cajoler, sinon ils se révoltent, descendent du mur et vous mangent en pleine nuit.

Et attention le nom des couleurs ! Ce n'est pas "mauve - blanc cassé - bleu", mais "Magie, Lune et Nuée". Je plaisantais avec ça, le rouleau à la main, et E. me regarde d'un air abattu : "tu ne les aimes pas ces couleurs ?..." Mais si, je les aime ces couleurs, elles sont comme nos vies, dérisoires et drôles, il fallait nécessairement les inventer. Je les adopte. La nuit tombée, on regarde le mur, et les couleurs invisibles rendent bien dans l'obscurité. Nous sommes les John Cage de la peinture murale. Comment dire, ça luit, ça brille, on voit les grains de nacre vibrer au contact des lumières de la rue. On dirait un caillou au clair de lune. Magie, lune et nuées.

Commentaires

  1. Ah oui ! la littérature des pots de peinture !
    Mais c'est chouettement poétique, les couleurs transparentes, du John Cage, oui... comme tout le billet : on le voit pas, on lit, ya des mots, mais on est ailleurs, téléportation directe, sur engin nacré, dans la surface lisse des murs, en pleine couleur transparente, on plisse les yeux... on sent un peu la peinture, même... mais bon à la fin vous enfoncez trop le clou, avec les trois derniers mots, je trouve...

    RépondreSupprimer
  2. oui bien sure les couleurs c la vie!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Le Durcisseur

Le premier métier de feu l'acteur Sim était extraordinaire : il débuta durcisseur de tétons au Crazy Horse. Encaissant cette information à la radio, je cessai toute activité pour plonger dans une rêverie mélancolique. Cette tâche improbable consistait à, muni d'un seau à glaçons, frotter la poitrine des danseuses avant leur entrée en scène, pour bien mettre en exergue leurs tétins triomphants.

Je méditais sur le sort de cette main d'œuvre méconnue des coulisses. Je vis l'homme, son visage malicieux et juvénile de souris, dans la pénombre d'un rideau, à l'entrée de la scène. J'imaginais son sourire contrit, parmi les créatures, échassières de leurs jambes, dans une jungle parfumée de plumes. Elles faisaient la queue et présentaient, traqueuses et concentrées, leur gorge au préposé du mamelon. L'employé était-il soumis à un supplice permanent, affligé d'une trique chronique qui le dévorait sans répit, tel l'arroseur arrosé (le durcisseur durci), ou…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…