Accéder au contenu principal

Non-moment (1) : A l'arrière d'une voiture

Nous arrivons pour la messe de mariage. Kéké est habillé comme un petit prince en chocolat. L'église l'impressionne. Il regarde les vitraux, et dit d'un air tendu : "lampe ? gros !" Il s'agite, remue, fait l'anguille dans mes bras, il veut s'enfuir. Je reste au fond du saint lieu, à faire du catch ; dans un silence endimanché nous produisons des bruits de lutte, des bancs tombent, des chaises grincent, les gens se retournent. Il faudrait lui faire une clef de bras, pour le maîtriser, lui passer des menottes.

Les mariés rentrent, sous une musique technoïde, semblable à un générique d'émission télé.

Nous nous éclipsons, avant que les mariés ne gagnent l'autel. Voilà retrouvés l'air vif, les collines vertes et violettes du Beaujolais quelques jours avant les vendanges. Le petit village en pierres dorées est mignon comme un Disney land viticole. En costume, nous cheminons à travers des vignes. Kéké crie d'un air ravi : "marcher ! marcher !" Puis, battant ses petits bras comme un canard déplumé il traverse des pelouses et franchi des monticules.

Plus tard, épuisé, Kéké s'endort dans la poussette. Les mariés sortent juste, nous nous collons à la cohue, pour apercevoir quelques pétales voltiger sur les marches, tandis que des dames pleurent. Dans cette agitation, je ne comprends pas grand chose. Je vois une grosse Mercedes noire de location, pour les mariés, des gros costumes, des gros chapeaux, un gros curé.

Nous arrivons pour le vin d'honneur. Kéké est toujours endormi dans son siège, à l'arrière de la voiture. Je reste avec lui, nous sommes garés au bord de la route ; c'est l'affaire de dix minutes, kéké a horreur de dormir assis. Deux heures plus tard, il n'est toujours pas réveillé. J'aperçois la nuit tomber, des chapeaux. E. m'apporte à deux reprises des verres de kir. Pour me distraire, une sélection du Reader's Digest : un livre contenant des cartes routières. Je le parcours et fait des rêves d'autoroute, de départements inconnus et d'échangeurs.

E. me propose de surveiller kéké à son tour, et bout d'un moment, je cède, et rejoins le vin d'honneur. Je ne connais pas grand monde. Je suis le mari d'E., qui fait un métier cérébral, qui n'est pas allé à l'église pour son propre mariage. Je reste comme un gland avec un verre à la main. Pour me donner contenance, je me met à observer un mur, l'air absorbé et concentré du muromane tombé sur une pièce rare.

Commentaires

  1. Enfin je rencontre un autre amateur!!
    "Muromane", quelle belle passion hein? Et pis tu peux te spécialiser, Moi j'ai developpé "muromane derriere mon interlocuteur", trés utile; mais tu peux aller jusqu'à Muromanique, ce qui va te pousser à faire le tour des batiments, à la recherche de fissures, d'abaissement, et ainsi trouver quelques minutes de solitudes silencieuses.

    Ps: Plus atrd, tu pourras m^me pretexter de voir "comment vont les gosses"... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Excellent, ash ! Je vois qu'on a une passion commune... :)

    RépondreSupprimer
  3. le repas ? Faudrait faire un autre billet, mais en même temps, je sais pas si je suis inspiré... Et toi, ash, qu'as-tu prévu pour le grand jour ? :)

    RépondreSupprimer
  4. Haha !! THE Question !!! Ca sera un truc simple, pas plus de 800 convives, orchestre symphonique, Ballet russe et Grand chef en cuisine...
    Ou alors un truc simple avec quatre amis et copains, une ferme pret de l'ocean, pas d'eglise mais surtout des sentiments déboulinants de bonheur...
    J'hesite encore...

    Ps: Dis, tu as déja éve d'etrangler ta belle famille?
    Dis moi que je ne suis pas le seul..

    RépondreSupprimer
  5. "Lampe ? gros !" : trop mignooooon !
    Ce non-moment n'était pas si horrible finalement : la voiture est un hâvre, les bébés sont bénis, des excuses toutes trouvées pour s'éclipser ! le verre à la main au milieu d'inconnus, c'est pire qu'une perte de temps, c'est une perte de temps malaisée, inconfortable, masochiste !

    RépondreSupprimer
  6. Que c'est joliment dit, Papotine ! Du coup, je regrette que ton blog soit si peu mis à jour. Devra-t-on te harceller ? :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…