Accéder au contenu principal

Train à manivelle

Au square, un matin : deux petites filles viennent de monter sur une balancelle, face à face. Elles tanguent mollement, l'air absorbé, sérieux. Le père arrive quelques instants plus tard. Motivé, énergique, il leur dit : "Eh bien, ça balance pas beaucoup là !" Les petites filles se mettent alors à se balancer avec une consciencieuse frénésie, toujours sérieuses, comme sur ces drôles appareils que conduisent les Dalton, et qui roulent sur les rails, dans les bandes dessinées du far-west. Le père s'assoit en face d'elles, sur un banc, satisfait. On s'amuse, à fond, on est là pour ça, on ne perd pas de temps, la vie est courte.

E. me fait un clin d'oeil et murmure, désignant le papa dynamique : "Faut être efficace, hein !".

Je me demande alors si ces véhicules ont vraiment existé. Je veux dire, ces machins à manivelle, des Dalton dessus, en train de filer droit sur des miles interminables, avec en fond, des cactus, quelques canyons.

***

Je découvre, via Griffonages, un nouveau concept : le réseau social pour les morts. Il s'agit d'un site qui référence les utilisateurs de myspace... morts. Cela s'appelle évidemment mydeathspace, et c'est à la fois intrigant, lugubre, d'un mauvais goût certain (enfin, disons qu'on l'impression d'y manger de la cendre, d'où le mauvais goût). On y trouve une liste de gens, les circonstances de leur décès, et un lien vers leur "blog" sur myspace, plus trop à jour, pour le coup.

J'en parle ici, car j'ai trouvé cette lecture fort inconfortable, et généreux comme je suis, je me suis dit que c'était dommage de ne pas partager. Allez, venez grincer avec moi devant ce cocktail de jeunes gens insouciants avec leur fond d'écran craignos, leur goût musicaux bizarres, leurs photos de camarades contents, ces têtes de braves étudiants aux joues rondes, tout ça résumé par une sorte de rapport de police froid comme un buffet. Machin, 17 ans, il a été très courageux face au cancer, et forcé l'admiration de son entourage. Machine, poignardée, dispute sur le campus. Bidule, noyé. Trucmuche, accident de voiture. Tartempion, accident de voiture.

Devant cette brutalité circonspecte, j'ai retrouvé un peu de ces inspirations mystiques que l'on éprouve enfant, en regardant les étoiles : "Rhoo mais que c'est grand tout ça, l'infinité, l'espace, le temps, l'univers, la mer, et moi en pyjama, qui suis-je, etc." On méditait, écrabouillé par la vision d'un spectacle macroscopique, se rendant compte de sa propre petitesse.

***

Soudain j'ai eu envie d'un appareil à manivelle pour traverser un grand désert dans le far-west. Un grand machin que l'on anime avec les bras, et qui file droit devant, jusqu'au soir ou l'on s'endort, exténué.

Commentaires

  1. Peut-être, tout simplement ! Besoin de me défouler, sans doute...

    RépondreSupprimer
  2. Tiens pourquoi dans le désert ? Une draisine s'utilise sur toutes les voies ferroviaires, rien de spécifique au Far-West...

    Mais c'est bien de s'émerveiller encore sur des choses toutes simples !

    RépondreSupprimer
  3. Une draisine !! Voilà le nom ! Merci.
    Pour moi l'engin était définitivement - et discrétement - planté dans ce décor enfantin.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Draisine

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…