Accéder au contenu principal

Les molécules de l'enfer

Le dentiste, très dandy.

Un Dandyste.

***

Sympathique, le médecin accepte ce rendez-vous à l'improviste. J'entends dans le couloir quelque chose comme : "l'urgence est arrivée ?". Voilà qui est très classe pour me définir. Une urgence. Oui, je suis une sorte de James Dean de la molaire, un James Dent. C'est la devise de mes dents : vivre vite, se dévitaliser rapidement, faire un beau plombage.

Il note mon numéro de téléphone, il est estomaqué de l'entendre débuter par "09 ..." Non, je n'habite pas dans un service après-vente, c'est un numéro de chez free, oui répond-il, comme son fils qui a lui aussi un numéro bizarre, un numéro "groupé".

Nous discutons de free. Il me demande, intéressé : "vous en pensez quoi ?" Je crois que c'est la première fois de ma vie qu'un médecin me demande mon avis.

Il hésite à me donner des antibiotiques. Dix ans que je prends de l'homéopathie, que j'applaudis des deux mains les campagnes "les antibiotiques c'est pas automatique", car les petits microbes soulèvent la pénicilline comme de la fonte, ce qui muscle leur petits bras ; mais là au diable les granules d'eau dilué dans des solutions aqueuses, vive les antibiotiques, vive l'uranium, vive les 4x4, donnez moi un truc surtout pas bio, de l'insecticide dentaire, faites moi sauter cette infection.

Radio des dents. Il place ma tête dans une sorte de guillotine magnétique. Il y a des panneaux "jaunes radioactifs" partout, la machine vrombit, le dentiste part en courant tandis qu'un compte à rebours signale que je vais être téléporté, comme dans Star Trek. Je me retrouve seul dans une grande pièce, la tête branchée au plafond comme si j'étais une grosse clef USB, et mon crâne est entièrement scanné.

Surtout ne pas bouger, m'a-t-il dit. Pourquoi bougerais-je ? Soudain, ça me démange. L'oeil me gratte. L'épaule aussi. Le nez. Voilà, mon esprit a entièrement été téléchargé par l'appareil nucléaire. Après, vous m'en raconterez, des histoires de iPhone.

Je retourne au travail, où plein de gens usent leur jeunesse pour la sortie du nouveau site. Si nous étions des caméléons, notre peau prendrait une teinte de fond d'écran.

***

Le panier plein de médicaments, comme un enfant dans la nuit d'Halloween, je sens la douleur me quitter. J'aimerais pouvoir ranger mes dents comme dans une boite à outils. Ah, quand la douleur disparaît, comme cela me parait vrai et beau, cette définition du bonheur d'un certain grec qui aimait les piqûres : l'absence de douleur pour le corps, l'absence de trouble pour l'âme.

Commentaires

  1. Good day !.
    You may , probably curious to know how one can make real money .
    There is no need to invest much at first. You may begin earning with as small sum of money as 20-100 dollars.

    AimTrust is what you need
    The company incorporates an offshore structure with advanced asset management technologies in production and delivery of pipes for oil and gas.

    It is based in Panama with offices everywhere: In USA, Canada, Cyprus.
    Do you want to become really rich in short time?
    That`s your chance That`s what you really need!

    I feel good, I began to take up income with the help of this company,
    and I invite you to do the same. If it gets down to choose a correct partner who uses your money in a right way - that`s it!.
    I earn US$2,000 per day, and my first deposit was 1 grand only!
    It`s easy to join , just click this link http://ydugocezud.freehostyou.com/agafyz.html
    and go! Let`s take our chance together to become rich

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…