Accéder au contenu principal

Les 33 travaux de Pif et Hercule

Le mois de septembre est terminé. Oh, vous êtes heureux de lire mon blog pour apprendre de telles révélations, mais je ne m'arrêterais pas là : celui d'octobre commence.

Tout ça pour dire que ce mois-là est celui de mes 33 ans. 33 comme la bière, comme Jésus-Christ, comme le docteur, comme le métro (la ligne 33, celle qui j'imagine ouvrira d'ici quelques siècles). J'ai décidé pour fêter ça en attendant la mort de me lancer un super défi, un méga auto-concours, un top combat-contre-soi-même, celui d'écrire 33 billets ce mois d'octobre.

Non, pas 31, ni 32, ni 12, ni -25 (on comprend déjà vu la logorrhée verbale que je déploie ici que je suis prêt à utiliser les artefacts les plus sournois pour parvenir à mes fins)... mais bien 33 articles. Pourquoi ? Parce que.

Parce que lorsque je marche au bord du trottoir, je suis en équilibre à dix mille mètres d'altitude, au bord du ravin de la mort, le seul moyen de m'en sortir est d'atteindre le feu rouge. Quand je vais dans une cave d'immeuble, je sais que lorsque la minuterie parviendra à sa fin, ce n'est pas seulement la lumière qui disparaîtra, mais l'immeuble tout entier avec moi avec.

Si j'échoue dans cette vaste mission, j'aurai droit à une fessée administrée par des majorettes nues. (Non, il faut trouver un autre gage.)

***

Le mal de dent s'est retranché dans une dernière molaire. Acculé, cerné par un groupe d'intervention antibiotiques, il a pris un nerf en otage. Il s'est barricadé, aux abois, il sait qu'il ne s'en sortira pas. L'antalgique essaie de négocier : "Allez, Malo, libère le nerf, il n'y a pas d'autre issue...
- M'en fous ! J'ai plus rien à perdre, je vais tout faire péter !
- Sois raisonnable, si tu sors de cette dent gentiment, on te fera rien, on te mettra juste dans du pipi, et tu pourras rentrer chez toi, dans les cabinets."

Il ne veut rien savoir. Implacable, je regarde dans ma sacoche, et je dis : "Allez, on envoie les médicaments charger..."

Commentaires

  1. Il me semble que la cruxifiction s'impose d'elle même comme gage...
    Non?
    Ah... ou alors 33 litres de biere, 33 RdV chez le dentiste, 33 stations attachés deriere une rame de metro...

    Ps: j'adôooooooooore les gages...

    RépondreSupprimer
  2. OK je vais suivre ton défi, mais je ne veux pas de posts genre

    une vidéo youtube copiée collée en 2/2 avec un titre et 3 tags...

    bon courage, mon vieux !

    RépondreSupprimer
  3. Je sais, un soupçon va peser sur les 32 prochains billets... à raison, d'ailleurs... :)

    RépondreSupprimer
  4. A raison d'un billet par dent ça fait déjà 32 dents reste juste un (à coucher) dehors et c'est bon !

    RépondreSupprimer
  5. Tiens moi, 33ans, ca me fait plutot penser à Kurt Cobain ... Dis, tu nous laisseras pas tomber à la fin des 33 posts avec un "je me blog-suicide en pleine gloire" hein ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…