Accéder au contenu principal

La bure de Merlin

Une immense blonde, tailleur rouge, jupe courte, traverse le boulevard avec souplesse. Aux premières loges, huit ou neuf pilotes de scooters sont pétrifiés. Un timide sifflement s'échappe d'un passager arrière. Il est clair qu'un pickpocket doué peut à ce moment subtiliser deux ou trois scooters sans difficulté. Le feu passerait au vert, quelques types en costard, casque intégral, debout devant sur la chaussée, tourneraient machinalement la main pour accélérer, en vain.

***

Pour kéké, il existait deux type de camions : "les gros cacons". "les piti cacons". Une troisième espèce a été découverte : "les piti gros cacons".

***

Vendredi soir, je suis sous antibiotiques. Oh, non, je ne vais pas acheter de vin, sinon je vais être malade, me dis-je, car le mélange, etc. Saint Balmeyer. Hier, bières. Léger oubli. Tête bulbeuse, impression d'être un camion citerne. J'ai plus de souvenirs que si j'avais, etc. Grandes oreilles pointus, un air sévère, comme monsieur Spoke. Je me lève, et je déclare, tel Gorbatchev : "Il faut cesser de boire immédiatement, sinon ce soir, je vais droit dans le mur". Un mur tombe, à berlin.

***

Monsieur Romano a travaillé avec Benjamin Biolay. Se faire passer un savon par sa belle-mère, Catherine Deneuve, ça doit être quelque chose.

***

Je m'étais dit : tiens, si je fais trente-trois billets pour ce mois, pourquoi ne pas faire un billet en relation avec une année ? Exemple, ce billet serait celui de mes deux ans.

A deux ans, je suis blond. J'ai une casquette, je ressemble à Brian Jones. J'ai une salopette. J'ai l'air gentil sur la photo. Ma mère aime David Bowie, avec ses joues creuses et sa chevelure péroxydée, c'est le portrait de Ziggy Stardust. Elle est immensément jeune, nous sommes une famille de paysans, je suis quelqu'un d'accidentel. Amnésie originelle. Je suis pour l'avortement, bien sûr, mais mes grands-parents non, donc je suis vivant, actuellement.

Je marche dans un jardin du sud tandis que mes parents divorcent. De temps en temps, ils vont faire la fête, c'est normal, à leur âge, ils sont si jeunes ; il m'a semblé être plus souvent torché qu'eux, à leur identique adolescence. Je suis chez mes grands-parents, mon grand-père est taiseux. Il me regarde avec bienveillance, effacé, je sais qu'il m'adore, il n'a pas de mots. Il me trimballe dans des vignes, la verdure est enivrante, je trébuche alors. Plus tard, il meurt. Une après-midi, tout de même, je suis dans une 4L, avec mon père, il parait que je hurle tout du long, je réclame ma mère. Les jeunes enfants sont viscéralement attachés à leur mère, je m'en rends bien compte maintenant. Pour kéké je suis un superbe figurant, l'empereur des pirates ; mais sa mère tout de même...

Ce matin, dans le métro, je vois un groupe d'enfants qui envahit la rame à la station Havre-Caumartin. Comme si on n'était pas déjà assez nombreux ; dans la rame je veux dire. On les rassemble autour d'une barre, ils s'agrippent, on dirait une grappe de raisins. Les enfants regardent autour d'eux, minus, ce sont des gens tronqués, il mesure la moitié de nous. Ils dévisagent les passagers, et dans la promiscuité du wagon, semblent se blottir comme des pingouins sur la banquise. Ils ne sont pas avantagés à la base. A la station Adulte, on se détend, on a grandit, on est plus obligé d'être piétiné par des gens obèses, on siffle au passages de cadres en jupe, à l'arrière des scooters.

C'est maladif, j'ai de l'empathie pour les enfants. Ils sont heureux, ils ont des beaux manteaux qui les enveloppent, et moi il faudrait que j'arrive, avec mes antibiotiques, mes dents, pour dire : "C'est moi le messie des petits ! Venez à moi, mes chers nains, je vous protégerai contre toute cette foutue adversité ! "... murmures : "Maman, j'ai peur ! "

Commentaires

  1. C'est du grand art le coup de cette immense blonde à robe rouge traversant la rue,

    Mais tout de même ...elle n'est pas sympa.

    Elle pouvait pas, plutôt que de traverser le boulevard, trébucher devant une porte de métro ?

    RépondreSupprimer
  2. Manchots ! Manchots ! Pas pingouins, manchots ! Sur la banquise du pôle Sud, ce sont des manchots. Les pingouins vivent dans l'hémisphère Nord (chez nous), et ils volent.

    Ceci dit, y'a des chances que lâchés sur la banquise ils se blottissent les uns contre les autres... et qu'ils ne fassent pas long feu.

    Bon j'ai de la lecture en retard...

    RépondreSupprimer
  3. Excellent effisk ! :)

    J'aurai appris un truc, moi qui suis fier de distinguer les chameaux des dromadaires !!

    Cependant, je ne corrigerai pas l'erreur, sinon ton commentaire perdrait sa saveur ! (le blog, quel concept !)

    RépondreSupprimer
  4. S'il ne s'agissait que des chameaux, des dromadaires, des pingouins et des manchots !

    Le problème, c'est qu'il en a des milliers comme ça. Les mouettes et les goélands, les otaries et les phoques, les criquets et les sauterelles, les pieds gauches et les pieds droits... de quoi remplir un blog.

    D'ailleurs tiens, pour en revenir aux pingouins : http://membres.lycos.fr/affairepingouin

    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  5. Merci effisk pour le lien ! Je vais étudier ça de prêt. :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…