Accéder au contenu principal

Message de service : climatisation en panne

Ce début de mois d'octobre, j'annonçais crânement un superbe défi façon "La chasse au trésor / Pushing the limit / Remporter une lutte contre soi-même" : 33 billets, pour le mois de mes 33 ans.

On comprendra qu'à la veille de la date fatidique, avec logiquement 7 billets à pondre en 36 heures, je sois passablement embêté.

Pourquoi se donner de telles missions, sinon pour se mettre en difficulté, alors que j'ai du boulot, des moments à partager avec ma compagne, des histoires à lire à mon fiston, des amis que je vois trop peu ? Disons que, sans règle, pas de jeu ; pas de jeu, pas de chocoleuh.

Mais bon, cette situation anecdotique a le mérite de me faire réfléchir un peu. Que faire ? Écrire 7 billets farceurs, histoire de m'acquitter d'un auto-contrat, mais au risque de prendre les yeux de mes chers lecteurs pour des paillassons à mots ? Laisser passer sans rien dire en sifflotant ? Qu'est-ce que blogger, au fond ? D'où vient le vent ? Où se trouve l'anti-matière dans le cosmos ?

Depuis que j'ai quelques visites sur ce blog, je suis tenté de faire mon garçon poli : on lit partout que blogger, c'est essayer d'être pertinent, c'est être concis, c'est écrire utile. Ce n'est pas faux. Parmi les milliards de blogs qui existent, ne pourrais-je pas un peu, écologiquement, fermer la climatisation de ma parole, cesser de faire couler des bains de ma logorrhée verbale, un peu de temps en temps ?

C'est une question un peu bête, je pourrais blogger et puis c'est tout. Ecrire mes articles, et puis c'est tout. Non.

On lit aussi le contraire, ce fameux "inutile qui est si utile", la poésie, l'amour, la mort. Le superflu. On lit aussi, surtout si l'on se trouve à l'intérieur de mon cerveau, qu'on a parfois envie d'écrire du gros n'importe quoi, comme "caca boudin", comme quand on tenait le journal du lycée, on a envie d'écrire "tarte à la crème". C'est bien aussi, d'être quelqu'un de libre, comme par exemple Florent "Nutella" Pagny et sa fantastique liberté de penser (et de dépenser), être libre comme l'air, comme moi quand j'étais sur une mobylette, parcourant la zone industrielle de Lyon sud pour aller manger un sandwich, les cheveux, justement, dans l'air (libre mais pollué).

Bon, bref, cette fin de mois (comme souvent) sera placée sous le signe de l'économie. Pas de 33 billets, pas de remplissage, à part le remplissage usuel, qui est ce blog, évidemment. Ca sera dur pour moi, qui aime les steaks et la sauce, mais on tentera au contraire, pour voir un peu, de "Blogger peu, pour blogger mieux"*.

* Le slogan "travailler plus pour s'abonner à Canal +" est sympathique aussi, je m'en vais de ce pas le déposer.

Commentaires

  1. Haut les coeurs !

    Tu fais :
    - les 5 livres que je préfère
    - les 5 films de ma vie
    - un lien vers un billet récent, ailleurs
    - une photo
    - 3 sites originaux
    - un billet normal

    et voilà ?!

    (ceci dit, tu peux aussi arrêter les paris à la c...)

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison Edgar, je crois que je vais freiner ma consommation de paris à la c... :)

    RépondreSupprimer
  3. ok ok je vois... Pour des raisons qui t'appartiennent tu renies ta parole...Bien soit.
    Mais attention, tu as une semaines maxi pour nous fournir à tous la preuve de ta féssée par des majorettes nues...
    J'en connais une qui va être ravie...
    gniark gniark...

    RépondreSupprimer
  4. Tu peux faire un billet d'une phrase. J'ai aussi fait un billet avec un ou zéro mot: http://crisedanslesmedias.hautetfort.com/archive/2006/11/16/les-socialistes-ont-vote.html

    RépondreSupprimer
  5. Ah ah, j'aime de plus en plus ce blog.
    Comem dit Edgar, facile de faire sept billets en deux jours. Il y a même un truc qui confine au cynisme : tu reprends les dépêches AFP copier-coller. Il y a en aura bien sept intéressantes demain...
    Beaucoup de bloggeurs font comme ça;)
    Ceci dit, comme tu dit, on perd en qualité en agissant ainsi...

    RépondreSupprimer
  6. En même temps si tu ne réussi pas ce pari tu n'auras qu'à le retenter l'année prochaine, mais ce sera plus dur!!
    Une pensée pour finir : le superflu génère des supers flux!
    à plus

    RépondreSupprimer
  7. Ah ah, merci pour vos messages, mais le problème est qu'ils me donnent envie de gagner mon pari stupide, finalement !!

    @Ash : merci de me rappeler le gage que je m'étais fixé. J'avais oublié : tu as plus de mémoire que moi, même au sujet de mon blog, c'est troublant ! Oo;

    RépondreSupprimer
  8. Ash, grâce à toi, mon cher compagnon a maintenant le choix entre la fessée par des majorettes nues ET manger chaque jour un morceau de ses parties intimes (au choix) OU écrire ses p... de 7 billets !
    E.

    RépondreSupprimer
  9. Balmeyer : Quand il s'agit de m'assurer que mes cohumains souffrent leur du, j'ai une trés bonne mémoire... gniark gniark...

    E: Quelque chose me dit que s'il choisit la premiere solution, il risque de se voir servir la seconde durant quelques temps... HAHAHA...

    RépondreSupprimer
  10. Je suis hors jeu, n'étant pas présente à la prise de cet engagement qui n'engage que toi et quelques majorettes.
    Bloguons peu, (quelle chierie ce verbe qui n'existe même pas, blogger, bloguer, bloger, ppffff), bref, bloguons peu, mais bien me semble une bonne décision.
    Les dépêches de l'AFP, y a netvibes pour cela.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…