Accéder au contenu principal

Amnésie infantile

Je me suis fixé une contrainte redoutable, banane que je suis, avec ce projet de 33 billets pour le mois d'octobre, idée qui a par la suite évolué en "33 billets minimum, un par année, en plus de mes histoires de carte orange démagnétisée et de carte champion".

L'idée est surtout redoutable quand, comme par exemple aujourd'hui, on a une flemme à défoncer des lits dans des magasins IKEA.

Chaque matin, E. doit me réveiller au défibrillateur. Elle me réanime pour que j'aille bosser, je dis : "Non pitié, fatigué, je veux retourner dans le ventre de maman, pas travailler." Kéké se pointe alors très tôt, avec sa furieuse envie de jouer aux petites voitures, de rouler sur son camion, de manger quatre mille gâteaux, de se cacher dans les recoins. Il trouve deux zombies inréveillables, que même un Frankeinstein aurait reniés, jetant l'éponge avec ses câbles électriques à rendre les vie.

E. a lu dans un bouquin (dans la série "Être un parent parfait aujourd'hui"), un terme qui m'a laissé songeur, et qui résonne avec mes bavardages sur ma prime jeunesse : l'amnésie Infantile. Ceci ressemble à une maladie attrapée au pays des limbes, zone où l'on n'existe pas encore et où il ne fait pas bon transhumer sans vaccin.

C'est le processus qui fait que chacun oublie ses souvenirs avant deux ou trois ans. Grâce à Google, j'apprends des tas de choses sur ce terme : sombre histoire de sexe refoulé, parait-il, selon les dires d'un médecin autrichien amateur de cigare. Modification des lombes, non, des lobes (comme au tennis ?), frontals... non frontaux, foutu moi, rah j'ai déjà oublié. Amnésie infantile des adultes.

C'est vertigineux quand on y pense, surtout lorsqu'on a chez soi un fiston de bientôt deux ans. Pour mon fiston, je suis une sorte de TOUT TOTAL, une statue de commandeur, je suis son ami, son héros, son sauveur ; je le protège des caniches chapardeurs de biscuits, je suis le seul autorisé à entrer dans sa cabane, je suis celui qui doit faire la grosse voix lorsqu'il balance du riz par terre. Je suis celui sur lequel il s'est endormi, s'agrippant à moi toute une soirée, un soir de terreur jamais expliquée.

Quand je rentre du travail, je le découvre, le sourire éblouissant. La journée fatiguante renaît de ses cendres, orgie de gros camions, stakhanovisme de petites voitures. Que de souvenirs j'aurai ! Mais lui ? Satané psychiatre qui a effacé la mémoire de mon enfant !

L'amnésie infantile. Votre mémoire a été démagnétisée par le grand aimant de la vie. Comme ma carte orange. Formatage, remise à zéro, le gazon de l'enfance est tondu, la blondeur des cheveux est perdue, la rondeur du ventre s'est enfui, les fruits originels sont changés en compote, le fromage de l'innoncence a dégouliné et pue dans le frigo de l'existence.

Et tout ceci, cirque de couleurs tapageuses, villes de cabanes, tendres batailles, qui tombera dans l'oblivieuse onde ? Mais non, voyons. Impossible.

Commentaires

  1. Hélas, quelqu'en soit la cause... le fait est là.
    Tu te souviens toi de tout ces moments?...
    "Oblivieuse onde..." c'est beau.

    RépondreSupprimer
  2. Non, je ne me souviens de rien, franchement.

    Je reconstitue par des photos, et des souvenirs plus récents, extrapolés.

    ==> oui c'est beau oblivieuse onde, c'est Etienne Jodelle, un contemporain de Du Bellay et Ronsard, mais qui a eu une vie de scoumoune pas possible, avec une renommée moindre, en plus ! Le genre de poète looser tout à fait attachant...

    RépondreSupprimer
  3. il a bien de la chance keke d'avoir un père aussi tendre et avec un tel humour !

    RépondreSupprimer
  4. Alors ça, edgar, c'est vraiment très gentil !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…