Accéder au contenu principal

Quand la ville pue

Je suis venu à pieds hier. Le mauvais goût de la ville dans la bouche, jus de voitures, camions, scooters. Rue Caulaincourt, tiens, le magazin-bazar où j'achetais mes vieux sacs à aspirateur a été remplacé par une agence immobilière. Encore un. C'est vraiment "Immobilier Parc" cette rue. Il y a aura bientôt des agences spécialisées dans la vente de locaux pour agences immobilières.

Sur le pont qui enjambe le cimetière de Montmartre, le contraste est comique entre la foule des piétons pressés qui se bousculent, et les voisins gisants, dans leur coffre de pierre, bien moins agités. J'aime bien cette "vanité" urbaine, le pont, la brasserie, le sex-shop, le cimetière tout autour. Place de Clichy, cinéma, un vidéo club aussi grand que le cinéma, puis la rue d'Amsterdam, qui est un oesophage mécanique dans lequel je dévale doucement comme une nouille.

La Gare Saint-Lazare, son dôme alvéolaire, ses horloges. Les parcmètres, leurs horloges digitales.

Les vélibistes s'amassent autour des bornes toutes occupées, comme des mouettes engluées dans leur retard.

Ce matin, je tente le métro entre Gare du Nord et Gare de l'Est, j'envisage de porter plainte contre Dieu pour avoir créé tous ces gens. Je ne sais pas quel était son plan, mais pourquoi ne pas avoir mis au point une sorte de mini-monde avec 100 ou 150 personnes, tout au plus ? Un univers du style série télévisée, des personnes toutes riches, belles, évoluant dans des grands lofts, souffrants de problèmes de coeur, de doutes sur leur fidélité, de luttes contre soi-même pour arriver à faire six tours de stades, des dilemmes culinaires (pizza au fromage ou pizza reine) ?

A un moment, le Créateur a du bloquer sur son trip "fourmi", il a du se dire, tel un collectionneur monomaniaque, "Ah oui, c'est bien quand il y a de la quantité, tiens, je vais créer des tout petits villages, des toutes petites villes, des tout petits appartements, avec plein-plein-plein de gens ! Ah ça en a de la gueule, la gare Saint Lazare, avec cette exagération ce monde compacté comme un César, comme des plumes dans le gros coussin sur lequel je repose ma tête !"

La grève tombe au moment où l'on doit sortir le Nouveau Site. Un collègue dit à un autre : "Rahh y en a marre des grévistes ! ", puis il tente d'organiser des lynchages de syndicalistes, cherche des cordes, des arbres, des volontaires. L'autre collègue, impassible, répond doucement qu'il n'est pas d'accord. "La grève reste un moyen pour lutter". Le premier le regarde stupéfait, abasourdi, scié. Il aurait pu tout aussi bien dire : "Non, je ne vais pas avec vous voir des strip-teases au Crazy Horse car je suis pédophile", l'effet aurait été le même.

Mon chef est d'une humeur de Pitbull dans un jardin d'enfants, il cherche les démarches administratives à effectuer pour entamer une formation de tueur en série. Si je ne poste aucun message d'ici une semaine, merci de vous inquiéter, je ne veux pas finir comme Pierre Boulin.

Commentaires

  1. La grève, un moment où ensemble tout devient possible...

    RépondreSupprimer
  2. Sympa, le recyclage du slogan sarkozien !

    RépondreSupprimer
  3. bien vu et bien écrit Mr balmeyer!
    J'aime beaucoup la façon dont tu parles de la confrontation des points de vue des collègues, et de la reconversion administrative du boss ! Très drôle.
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  4. Merci mr SuperOlive, ça me donne la pêche tiens ! :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…