Accéder au contenu principal

en 1984 (1)

Je suis en 1984 (1983 pour être exact, mais ça fait moins titre de roman, alors je rectifie), en vacances, près de Toulouse. J'ai neuf ou dix ans, j'ai toujours la coupe au bol, mais je ne suis plus blond. Je ne ressemble plus à Brian Jones, mais à Ron Wood, c'est à dire ça, mais en enfant :



Je suis un grand sensible : ma mère me dit, tu sais, tu vas avoir dix ans, et plus jamais ton âge n'aura qu'un seul chiffe. Pour toujours, à tout jamais, tu auras au moins deux chiffres au compteur de ton âge. Je suis livide. Je fais une de ces têtes, à cette révélation, comme un coup de massue donné par l'irréversibilité des choses. Mon enfance, à tout jamais happée par l'aspirateur de Saturne. Ma mère - un peu désolée - me parle encore de cette veille d'anniversaire. En insistant juste un peu plus sur le morbide, elle aurait fait de moi le premier gothique de France.

J'ai dix ans, je suis tout menu, mais un été j'ai été gros. Comme tous les étés, je passe un ou deux mois à Perpignan, chez mes grands-parents, qui m'adorent, et qui par dévotion me donnent à manger des trucs amoureusement gras. Jambon, viandes, pâté, Nutella, grillades, saucisses sèches, Nutella, saucisses humides, steak de cheval, côte de porc, côte de cheval, steak de vache, gras de poule, tête de canard, foie de poisson (non, jamais de poisson), pain, Nutella. Parfois, le dimanche, si le jour est un nombre pair, une feuille de salade, avec des oignons frais.

A la descente de l'avion, ma mère me découvre, mes grands parents, au téléphone, sont fiers : ils se sont bien occupé du petit fils, je suis leur chef-d'oeuvre estival. J'ai poussé comme un ficus, mais latéralement. Du petit fils, il a y en a beaucoup plus, il a doublé de volume, on pourrait le couper en deux, il y en aurait un pour eux, un pour mes parents. Ils m'adorent.

Je suis à Toulouse, donc, on vient d'amener une petite boite rouge. Suspens. La suite, demain, je vais grignoter, ça m'a creusé de parler de l'été où j'ai été gros.

Commentaires

  1. Oh chouette ! Il est possible d'avoir une alerte par mail pour tous ceux qui postent des commentaires sur blogger.com.. enfin ! Ca va devenir plus convivial, j'espère.

    Cliquez sur Email follow-up, et pi voilà !

    Bon, j'arrive pas à la finir, cette suite, que faire ? Téléphoner à qui ? pour lui dire quoi ?

    RépondreSupprimer
  2. 5 jours, dix notes... deux par jours...Rien n'est perdu!
    Bonne AM

    RépondreSupprimer
  3. Merci Ash, excellent de m'encourager ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Tu peux aussi devenir centenaire...

    Seule question : y aura-t-il encore du Nutella ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien le problème, avec le futur : l'écologie, la planète, l'agriculture, les noisettes. Le monde va-t-il vers le bing crunch, et donc la fin de tout Nutella ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Le Durcisseur

Le premier métier de feu l'acteur Sim était extraordinaire : il débuta durcisseur de tétons au Crazy Horse. Encaissant cette information à la radio, je cessai toute activité pour plonger dans une rêverie mélancolique. Cette tâche improbable consistait à, muni d'un seau à glaçons, frotter la poitrine des danseuses avant leur entrée en scène, pour bien mettre en exergue leurs tétins triomphants.

Je méditais sur le sort de cette main d'œuvre méconnue des coulisses. Je vis l'homme, son visage malicieux et juvénile de souris, dans la pénombre d'un rideau, à l'entrée de la scène. J'imaginais son sourire contrit, parmi les créatures, échassières de leurs jambes, dans une jungle parfumée de plumes. Elles faisaient la queue et présentaient, traqueuses et concentrées, leur gorge au préposé du mamelon. L'employé était-il soumis à un supplice permanent, affligé d'une trique chronique qui le dévorait sans répit, tel l'arroseur arrosé (le durcisseur durci), ou…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…