mercredi 24 octobre 2007

en 1984 (1)

Je suis en 1984 (1983 pour être exact, mais ça fait moins titre de roman, alors je rectifie), en vacances, près de Toulouse. J'ai neuf ou dix ans, j'ai toujours la coupe au bol, mais je ne suis plus blond. Je ne ressemble plus à Brian Jones, mais à Ron Wood, c'est à dire ça, mais en enfant :



Je suis un grand sensible : ma mère me dit, tu sais, tu vas avoir dix ans, et plus jamais ton âge n'aura qu'un seul chiffe. Pour toujours, à tout jamais, tu auras au moins deux chiffres au compteur de ton âge. Je suis livide. Je fais une de ces têtes, à cette révélation, comme un coup de massue donné par l'irréversibilité des choses. Mon enfance, à tout jamais happée par l'aspirateur de Saturne. Ma mère - un peu désolée - me parle encore de cette veille d'anniversaire. En insistant juste un peu plus sur le morbide, elle aurait fait de moi le premier gothique de France.

J'ai dix ans, je suis tout menu, mais un été j'ai été gros. Comme tous les étés, je passe un ou deux mois à Perpignan, chez mes grands-parents, qui m'adorent, et qui par dévotion me donnent à manger des trucs amoureusement gras. Jambon, viandes, pâté, Nutella, grillades, saucisses sèches, Nutella, saucisses humides, steak de cheval, côte de porc, côte de cheval, steak de vache, gras de poule, tête de canard, foie de poisson (non, jamais de poisson), pain, Nutella. Parfois, le dimanche, si le jour est un nombre pair, une feuille de salade, avec des oignons frais.

A la descente de l'avion, ma mère me découvre, mes grands parents, au téléphone, sont fiers : ils se sont bien occupé du petit fils, je suis leur chef-d'oeuvre estival. J'ai poussé comme un ficus, mais latéralement. Du petit fils, il a y en a beaucoup plus, il a doublé de volume, on pourrait le couper en deux, il y en aurait un pour eux, un pour mes parents. Ils m'adorent.

Je suis à Toulouse, donc, on vient d'amener une petite boite rouge. Suspens. La suite, demain, je vais grignoter, ça m'a creusé de parler de l'été où j'ai été gros.

5 commentaires:

  1. Oh chouette ! Il est possible d'avoir une alerte par mail pour tous ceux qui postent des commentaires sur blogger.com.. enfin ! Ca va devenir plus convivial, j'espère.

    Cliquez sur Email follow-up, et pi voilà !

    Bon, j'arrive pas à la finir, cette suite, que faire ? Téléphoner à qui ? pour lui dire quoi ?

    RépondreSupprimer
  2. 5 jours, dix notes... deux par jours...Rien n'est perdu!
    Bonne AM

    RépondreSupprimer
  3. Merci Ash, excellent de m'encourager ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Tu peux aussi devenir centenaire...

    Seule question : y aura-t-il encore du Nutella ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien le problème, avec le futur : l'écologie, la planète, l'agriculture, les noisettes. Le monde va-t-il vers le bing crunch, et donc la fin de tout Nutella ?

    RépondreSupprimer