Accéder au contenu principal

S'inscruster

Carte postale du samedi soir. J'ai mangé de l'ail nature avec du pain, comme un montagnard. L'haleine typique de celui qui ferait mieux de blogger.

***

"C'est ouvert le samedi, jusqu'à 19h00, tu verras !". Il s'agit d'un endroit, une sorte de négatif de jardin public : c'est privé, c'est payant, c'est à l'intérieur. Un grand local avec pleins de jouets, comme une crèche industrielle. Ah bon.

J'arrive avec mon fils, bizarre, des gens à l'entrée boivent du champagne, fument des cigarettes. Ah ben c'est du joli, pense-je. Puis nous rentrons, je me fais accueillir par une dame : "je suis la maman de ...". Tout le monde picole. Les enfants ont fait un bazar inimaginable, ils sont tachés de gâteaux au chocolat. Des gens, un verre à la main, protestent mollement : "Non Mattéo-Emma-Léo-Louise, ne plante pas le couteau dans l'oeil de ton petit copain tu sais que ça fait mal". Cet établissement n'est pas sérieux, pense-je.

Ah !

Mais !

Quel !

Malentendu !

L'établissement est fermé, il s'agit d'une fête d'anniversaire privée ! Une fête, en fait. Je suis là, avec Kéké et son bonnet tout pointu, je ne me suis pas rasé depuis dix jours, je suis hirsute. Contraste, les gens ont l'air de travailler tous au ministère de la culture de Montmartre-Les-Abbesses, un peu prout-prout pouet-pouet bo-bo.

Comme c'est cocasse, dit-elle, le monsieur a cru que l'établissement était ouvert. Bon. Ben on va repartir. Kéké à la vue des innombrables jouets est excité comme un satyre dans un sex-shop. Bon ben on va y aller. Adieu les jouets. Tant pis. Ne pleure pas Kéké. Il faut être fort. On repart dans le froid et la nuit. Ah mais non ! Vous n'avez qu'à rester ! Allez, soyons fou, il veut peut-être du gâteau ? Non, il est allergique.

La dame me rattrape, il faut enlever les chaussures ! Tous les matins, je me dis : "A force de mettre des chaussettes dépareillées, un jour ça va m'arriver. Un jour, je l'aurais, la honte."

Ça arrive. C'est aujourd'hui. J'essaye de cacher un pied sous l'autre. Kéké lui m'a renié pour un garage de voitures. Il joue comme un calme forcené dans son coin.

Les enfants commencent à partir. Des parents commencent à ranger. Je murmure à Kéké : "hé, manquerait plus qu'on ait à passer l'aspirateur". Kéké ne veut plus de parents, il veut des camions. J'use de tous les stratagèmes perfides dont je dispose : je promets des mandarines, et des Trotro à la télévision.

On s'éclipse, je remercie encore la maman, elle rit, comme c'est cocasse ! Puis je mens en disant que ça a l'air très intéressant de louer cet endroit pour une fête, que c'est original, puis elle me file un prospectus avec les prix - ah ouais, quand même, ça douille.

Puis nous reprenons la poussette, et on roule, on the road again. On est pas bien, là, hein, vieux ? On vient de s'incruster dans un anniversaire, dis-donc ! La prochaine fois, papa finira pété, en montrant son derrière, promis ! Là j'étais plutôt géné, mais je fais style, devant mon fils. "Rouler !", dit-il. Il prononce mal les R, c'est adorable. Allez, on va s'acheter des mandarines ! Il répète : "manda'ines !". Puis il s'étouffe en mangeant du pain, il est tout bleu, je le remue, puis au bout de quelques secondes il vomit un peu. Ça va ? Je lui propose une mandarine. Très sérieusement, il me regarde dans les yeux et répond : non. Puis il poursuit : "Rouler !"

Plus tard. Tu es sûr que tu ne veux pas de mandarine ? Tu ne vas pas t'étouffer avec, je te promets, elles sont intouffables.
- Non.

Commentaires

  1. Ca c'est sûr, Balmeyer, dans ce genre de "bal des débutants", tu n'as peut-être pas du te sentir bien à l'aise, moi c'aurait été pareil.

    Et puis quand même, les chaussures dépareillées.... Je comprends que Kéké veuille la poussette parce qu'il a mal aux pieds ! J'étais la championne des chaussettes dépareillées quand mes gamins étaient petits, mais c'est pas grave et ça fait joli si on se débrouille, mais les chaussures !!
    Quand même !!

    RépondreSupprimer
  2. hein ?!? :)

    Non, pas les chaussures, quand même ! Seulement les chaussettes étaient dépareillées !

    Non, les chaussures, cela aurait été le nirvana total de la honte...

    RépondreSupprimer
  3. j'adore cette histoire
    ça frise le surréalisme mais ne dit-on pas que la réalité parfois dépasse la fiction
    c'est sympa que tu aies pu rester

    RépondreSupprimer
  4. C'est exellent et ça fait du bien de rigoler un lundi matin ! Thanks !
    Yokomod

    RépondreSupprimer
  5. Par contre peux-tu me citer ta source concernant les montagnards qui mangent de l'ail sur du pain nature ???
    Yokomod

    RépondreSupprimer
  6. Euh... ben... ça dépend l'altitude... euh... en fait, il ne fat pas généraliser à TOUS les montagnards, ce genre de gastronomie barbare est il est vrai assez rare, à part dans des endroits VRAIMENT isolé, comme la haute-savoie, par exemple... ;)

    RépondreSupprimer
  7. Anecdote aimable! Mais j'aimais bien ta version dans twitter!

    Sinon, après le commentaire que tu viens de poster chez moi, je t'ai inclu dans mon agrégateur (étonnant que je ne l'ai pas fait avant).
    On ne va pas aller jusqu'à l'échange de lien qui est un acte beaucoup trop symbolique et trop engageant, mais c'est pas l'envie qui m'en manque.

    RépondreSupprimer
  8. Et pourquoi pas un échange de lien ? :) De manière unilatérale, je te rajoute dans mes liens, j'aurais de toute façon dû le faire avant, comme je l'ai fait pour filaplomb et Farid Taha.

    RépondreSupprimer
  9. Allez hop! Vendu! !Tu es dans ma blogroll!
    Filaplomb, Farid, ce sont mes potes!

    RépondreSupprimer
  10. Héhé ! Merci ! Le titre de ce billet porte encore mieux son nom... je m'incruste chez toi ! :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…