Accéder au contenu principal

Twitter ou un bref instant de misère

Twitter est un fabuleux outil : un peu comme la pince à peinture, le manche à eau ou la poignée à coussin, c'est farouchement inutile, mais on ne s'en passe pas.

Il m'est arrivé hier soir un petit moment de misère humaine, d'ultra moderne solitude, grâce à twitter. Connaissez-vous le principe de twitter, au fait ? Pour les béotiens qui ne savent pas et que je respecte tout de même (comme par exemple Nelson Mandela, ma mère, mon fils, Jimi Hendrix ou Jean Rochefort), voici un rappel.

Inspiré d'une compagnie aérienne et maritime à bas prix (Truite AIR),...

Non, allez, revenons à nos thons mous : sur twitter, on dépose des petits messages très courts, spontanés, sensés expliquer en 255 caractères ce que l'on fait, actuellement. Le succès foudroyant de ce service vient du fait que l'on peut "twitter" (lire et écrire des messages) très facilement, grâce à son téléphone portable, ou une messagerie instantanée comme Gtalk, par exemple.

On twitte dans le métro ("eballadur: je suis dans le métro, il fait chaud"), dans la queue à la poste ("fais la queue à la poste. Oulala ya du monde"), en prison ("oula la que je m'ennuie que c'est long 20 ans"), à l'hôpital ("aie aie aie je vais mourir, kikoolol") Petit gadget mignon, site tamagochi, design rococo-myspace, twitter n'est pas très important, mais ne nécessite pas beaucoup d'effort, ce qui fait un rapport qualité/prix, pardon, utilité/effort tout à fait acceptable.

Dans twitter, on "suit" des gens, et tous les petits messages arrivent chez nous, comme dans un petit feu de cheminée. Quand le suivi est réciproque, twitter se transforme vite en chat, taverne privée-publique, avec des "@" de partout.

Exemple :
"machin : Tiens, le soleil est jaune."
"truc : @machin, oui tu l'as dit c'est étonnant : http://tinyurl.com/2j3vpy"

Hier soir, donc, j'ai ma petite messagerie allumée, lorsque je reçois un message de Thierry Bezier. Ni une ni deux, je lui réponds. Bon, pas de réaction. Ca arrive parfois, souvent, twitter n'est pas un chat en vérité. Puis soudain, le doute m'envahit, et mon monde s'écroule : je me mets à consulter la liste des "suivis" des gens que je "suis" de mon côté. Et là, je vois que ce "Thierry Bézier", à qui je réponds parfois, ne me "suit" pas du tout. Mais alors absolument pas. Et comme beaucoup d'autres, à qui je pensais parler, au fil de l'eau.

Que je suis distrait. Petit glissement du terrain de ma mémoire. Rétrospectivement, je me souviens de toutes mes interventions primesautières, au milieu de ces micro-conversations. Petit garçon qui lève le doigt pour dire "moi je sais m'dame ! moi je sais ! " Je causais tout seul, en fait, dans le vide. Je suis un dead people. J'évolue au milieu des gens, sans m'apercevoir que je n'existe pas.

Je m'imagine parler avec un poster : alors, @Mick Jagger, bonne journée today ? Je m'imagine parler avec la télévision : oui, @Kimberley, c'est horrible ce que vient de faire @Gaylord. Je m'imagine parler au cinéma : attention, @Bruce, mais tu vois pas que l'hélicoptère va te lancer des bombes à ninja ?

Ma honte en direct : http://twitter.com/balmeyer.




Je me moque, mais j'aime bien twitter. C'est un peu le haïku du blog : il y a peu d'informations, et à partir de rien, de quelques empreintes de mots, on se prend à imaginer la vie d'inconnus laissant de furtives traces à travers le réseau.

Mon twitter préféré est celui de bibzdidine : c'est amusant et j'ai toujours un sourire : http://twitter.com/bibzdidine




Allez, une petite satire, Eric : Loïc Lemeur.

- Sun shines on San Francisco ! It's a good day to be an entrepreneur.
- Wondering who is the strongest ? Batman 1.5 core 1.5 Mhz or Superman 1.4 WWI 5 GO ?
- Bring child 1.0 and child 2.0 to school.

Etc.

Allez, je m'en retourne travailler dans ma crypte.

bal "dead people" meyer

Commentaires

  1. wow, comment je suis touchée, tiens ... :)
    (et comment tu me colles la pression, aussi !)

    RépondreSupprimer
  2. oui je sais, un compliment, c'est pas toujours un cadeau ! :D

    RépondreSupprimer
  3. twitter, j'arrive pas trop à m'y mettre, ça me saoule vite... par contre, twitter dans le vide, ça craint ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est sûr... c'est soit un chat, soit un mini-blog, mais quand c'est un chat monologue, c'est dur.. :)

    RépondreSupprimer
  5. Si je me mettais à twitter, je pourrais informer tout le monde à chaque fois que je fais un "mark all read " alors !

    RépondreSupprimer
  6. @plancton : tu en fais tant que ça ?!?

    RépondreSupprimer
  7. Je ne savais pas ce que c'était, maintenant je sais et ça ne m'intéresse pas du tout.

    Mais je pense que ta solitude a dû être immense quand tu t'es aperçu que tes messages partaient dans le vide !

    En fait on n'est vraiment seul que quand on a conscience qu'on est vraiment tout seul, sinon, la vie est belle !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…