Accéder au contenu principal

web de mes 3.0 (vase communicante)

Le blog à succès, que je nommerai blog-buster, génère du commentaire. Et au delà de 1000 commentaires, vous êtes dans l'asile de fous. Exemple : le blog "Pierrot le Foot" sur Yahoo.Fr. Qui prendrait la peine de lire les 1300 commentaires trouvés sur le dernier articles ? Peut-on, à ce stade, parler raisonnablement d'échange, de débat, de participation, et autres web-deux-ismes ?

Le blog-buster est une sorte d'éco-système où s'installe durablement toute une population : contradicteur, poète, rêveur, trolls, vases, communicants.

D'abord, à chaque avènement d'un nouveau billet, se manifeste la tribus des "preum's". Les quarante premiers messages des blog-busters sont des "preum's", c'est à dire un commentaires où leur auteur claironne vivement leur joie d'être le premier à commenter ; le premier, le first, le premier de toute la vie du monde entier. Même le quinzième éprouve l'espace d'un instant cette sensation, cette ivresse, avant de se heurter à la dure réalité des preum's d'avant.

Le "preum's" est évidemment un exploit sur les gros blogs. Par exemple, mon blog est une véritable forêt vierge pour les "premeur's", mais il est totalement négligé, allez savoir pourquoi. Toute cette matière sans commentaire, comme une tarte à la viande au soleil... Je réfléchis à devenir le premier malade à preumer's sur les micro-blogs.

J'ai tenu d'ailleurs, afin d'illustrer mon propos, de poster un petit preum's, pour le 1391ème commentaire du blog de Pierre Menès,j'avoue que cela me distrait beaucoup.

Ce brassage d'informations et de mots sur le net me fait remettre en questions mes propres "fondamentaux" : avant, je me demandais comment TF1 allait survivre, tellement étaient grandes les possibilités qu'offraient un ordinateur et une connexion internet. Je trouvais ça tellement dépassé, cette lucarne au monologue incessant, avec le spectateur devant, seul, comme une des innombrables potiches de son salon.

Maintenant, j'évolue parmi les fous furieux et les trolls attirés par la lumière et le bruit, je me mets à rêver de double-vitrage numérique. Si je tombe sur "Question pour Champion", je ne suis pas obligé de subir de manière synchrone les commentaires de millions de mes congénères blaireaux, et je peux demeurer tranquille, dans le calme feutré dans ma douce bêtise, à m'écouter divaguer en preum's et autre dern's, et autres lols.

[A suivre (à moins que je ne change d'avis ou que je sois enlevé par des martiens, ce qui rendrait mon prochain billet nettement plus cocasse)]

Commentaires

  1. On me laisse le preums ?
    Ouha !
    C'est confortable, la facilité quand même !

    RépondreSupprimer
  2. Tu sais quoi ? J'ai hésité à mettre mon propre preum's, mais je me suis dit : "une âme charitable va quand même faire en sorte de m'éviter cette misère !"

    Alors merci ! :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…