Accéder au contenu principal

Non-moment (2) : repas dansant

Mon week-end de mariage s'éloigne et l'envie d'en narrer mes maigres non-exploits aussi. Mais quand on s'efforce de creuser le sillon de la banalité des choses, il faut se faire violence. Et puis je l'ai promis. Et puis, surtout, quand on met dans un titre de billet un "(1)", il faut bien produire un "(2)", si on ne veut pas, le jour du jugement dernier, se faire enquiquiner par un Dieu chipoteur qui lit tous les blogs.

Dans les cérémonies, il faut nommer les tables, et de façon poétique. Par exemple, les cinq continents, les mers du monde, les satellites de Jupiter, les langages de programmation, les principaux responsables du parti Communiste. Allez, la table Maurice Thorez, on se lève et on fait la queue leu leu. Allez, la table Php, on se lève et on fait la chenille.

Kéké doit être gardé par une jeunette. Je conserve ma dignité, mais je ne suis pas d'accord. Je quitte kéké qui se met à hurler "papa !" éperdument. J'ai bien failli l'enlever et partir dans les bois, tel Rambo, avec le G.I.G.N. à mes trousses. Non, je ne confierai pas kéké à une potentielle droguée alcoolique vendeuse d'organe. J'ai lu un Guide du Routard sur le Vietnam, ce qui fait de moi une sorte de vétéran, et je vivrai dans les bois, en pressant des mures pour le biberon de mon rejeton.

Les gens, à table, sont rangés méthodiquement par génération, et par affinité, pour qu'ils aient quelque chose à se raconter. D'un côté les jeunes. De l'autre, les oncles et les tantes, les passionnés d'accordéon, puis la table des homosexuels, celle des noirs, les amateurs de films de Chaplin, la table des blogueurs avec leur nokia et leur gourmette FaceYouBookTube, la table des hommes, la table des femmes, celle des vivants, celle des morts, celle des humains, celle des androïdes. Nous sommes également alignés par couple, méthodiquement, comme une séquence d'ADN. E. est en face de moi, nous nous regardons, pris de petits rires nerveux. A ma droite, quatre jeunes célibataires - ces résidus de l'humanité qui ne vivent pas en ménage et fument du narguilé langoureusement en lisant Oscard Wilde - font connaissance. L'un des jeunes a participé à un jeu télévisé, cette année ; je le surnomme Loano. Il donne une interview sans qu'on lui pose de question.

Un peu embarrassé, j'entreprends de me pinter la gueule, le problème est que tout le monde semble passionné par la San Pellegrino, qui coule à flot, tandis que moi je tends mon grand bras, écrasant des nez au passage, pour m'emparer d'un vin rouge particulièrement grivois. Pour faire amende honorable, et passer inaperçu, je monte sur ma chaise et crie à la cantonade : peux-tu me passer l'eau minérale, Dieu que j'ai soif de ces larmes pures des montagnes jolies, comment peut-on s'imaginer... J'ai lu le dernier livre de François Bayrou et je pense que...

La DJ est déchaînée. Toutes les cinq minutes, elle fait lever les gens qui tentent de manger, sous une musique intense, ni ringarde, ni bonne, mais abominablement neutre. Elle insiste pour faire venir les gens près du buffet ; une douzaine de personnes tente de se trémousser pour contenter l'hystérique amplifiée, au beau milieu du vide d'une salle des fêtes gigantesque, sur-éclairée comme un terrain de football ; nous sommes disgracieux, semblables à des ballerines sur une table de dissection.

Loano, à ma droite, raconte pour la cinquième fois son "aventure" télévisée, il produit des expressions toutes faites de type Télé 7 jours.

La DJ organise des jeux. Les gens s'enfuient, soudain tout le monde veut fumer une cigarette dehors, même les vieux et les enfants se mettent à fumer pour la première fois, afin de déserter le goulag joyeux. Elle exige qu'on lui emmène des inconnus pour qu'ils exécutent des danses grivoises, on se croirait à Abou Graïb. Comment n'a-t-elle pas déjà été éliminée par un groupe de timides extrémistes ?

Puis soudain, nous partons. Il n'est pas tard, je ne suis pas pinté, mais la messe est dite. La jeune fille qui garde Kéké est médusée : une minute avant notre arrivée, alors qu'il dormait à poings fermés, il se réveille, et désigne la porte dans le silence absolu. Puis nous sommes là, la jeune fille est confondue par la prémonition de notre inséparable enfant. Sans doute les ondes d'amour qui nous relient, comme les nokias des blogueurs.

***

De retour à la maison, lundi, nous avons envie d'acheter un bidule à notre kéké, pour le récompenser d'avoir été sage, ou simplement pour le remercier d'exister. Nous rentrons dans la grande surface dédiée aux jouets, et kéké devient comme un réacteur nucléaire qui s'emballe : paysage de gros camions ("cro cacon ! cro cacon !!"), balancelles, grosses voitures. Une sorte de kékéland interminable. Avant qu'il n'explose, nous nous dirigeons vers la caisse, et nous avons le plus grand mal à confier le jouet à la caissière.

Voilà, la fatigue s'est assise sur mes genoux, et je l'ai trouvée fatigante ; il est temps de plier boutique et de fermer les gaules. J'ai écris beaucoup de bêtises pour ce soir, j'en écrirai d'autres demain.

Commentaires

  1. Héhéhé...
    Je prends note de deux trois trucs auquels j'avais pas pensé...

    RépondreSupprimer
  2. Ha oui Ash, pense au narguilé à la table des célibataires steuplé, j'amène Oscar Wilde.

    Balmeyer, merci d'avoir foutu un gros gnion à la fatigue et à la flemme et d'avoir rédigé ce post. Chacune de vos petites pointes d'humour me ravit, très cher !

    RépondreSupprimer
  3. 1 : trouvé des noms debiles aux tables : genre y que Elle et moi qui puissions comprendre.
    2: le Dg sera muet, voir sourd et muet, avec une play list imposé
    3: pas d'eau, l'eau c'est mallll, mais 1 bouteille de champagne par personne.
    4: pour les gamins, ils auront leur salles et un immense jardin..le tout communiquant avec nous
    5 :interdire les portables...à reflechir.

    Ps: trés bon le coup du guide du routard, j'en ri encore...

    RépondreSupprimer
  4. euh...Kaleidos-coop, c'etait moi...sorry

    RépondreSupprimer
  5. Allez, encore un post sur le mariage et Ash se met à causer chiffon.
    J'ouvre les paris !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…