Accéder au contenu principal

Je suis un homme (au naturel en somme)

Marc et Nicolas viennent de m'envoyer la chaine la plus absurde de l'univers. Évidement, j'y réponds, un truc pareil, ça ne se refuse pas !

Mon fond de teint : des dosettes Nespresso.
Un mascara : je n'en mets pas. A part quelque fois du Curl Brushing qui recourbe mes cils de façon spectaculaire, grâce à sa nouvelle formule « thermo-sensible ».
Une crème de jour : la Crème Catalane.
Une marque de produits : Guerlain-Est.
Ma marque fétiche de maquillage : avec mon fils on partage la même passion pour le caca boudin.
Un produit must : le Nutella. Appliqué en masque d'estomac, c'est excellent pour ma beauté intérieure.
Mon parfum : L'Instant, de Guerlain (Paris, France). J'en mets peu, j'utilise toujours le flacon que m'a offert mon épouse, il y a dix ans. Depuis, il est frelaté, alors je sens la fleur morte, mais c'est pas grave. Faut pas gâcher.
Mon magazine fétiche : Pif.
Tu pars sur une île déserte et tu emportes quoi (trois produits max, sans protection solaire ni rasoir) : du papier toilette, de la protection solaire et des rasoirs.
La femme que tu admires pour sa beauté : Scarlett, who else ?
La femme dont tu envies le look : Amy Whinehouse.
Je me damnerais pour : effectuer une dégeorges-clooneyisation du monde et des esprits. Le pédiatre d'Urgences qui joue la comédie avec la tête toujours un peu penchée et qui dit : "je saurai m'occuper de votre enfant, madame, mais là j'ai envie de boire un coup car je suis si triste d'être célibataire car personne ne m'aime". Enflure.
Que signifie pour toi la féminité : ça ferait un super pseudo de blogueur : la Fée Minité. Poémes et passions.
Un dernier mot : sois toi même, be yourself, écoute ton cœur, marche à l'instinct, va là où le vent te porte.
Ton adresse blog fashion/beauté préférée : Avanie et Framboise.

Je file cette chaine, au pif, à Gaël, Poireau, Oh!91, Eric , Edgar, Nicolas, François, Jacques, Kenny et l'Omelette.

Tant que je suis dans mes "secrets de beauté", je vous signale que mon prochain billet parlera du "Mullet".

Commentaires

  1. T'es chiant avec la crème catalane, on avait dit qu'on donnerait le secret à personne.
    Merde quoi.
    Des bizettes

    RépondreSupprimer
  2. Flute, voilà la troisième fois que je me fait refiler ctte chaîne ; je suis cerné...

    RépondreSupprimer
  3. PAreil que Dorham ! Va falloir que je m'y colle avant de ne plus avoir personne à tagguer !

    RépondreSupprimer
  4. "thermo-sensible"! Mais c'est génial! Si ce n'était pas un jour férié, j'irais en acheter direct.

    Moi, j'ai déjà répondu. j'attends encore les réponses de M. Quicoulol, par contre...

    RépondreSupprimer
  5. La question qui inquiète les Chancelleries : jusqu'où M. Balmeyer dégringolera-t-il ?

    RépondreSupprimer
  6. "Je sens la fleur morte": très joli comme image, j'ai bien rigolé!

    RépondreSupprimer
  7. Ah non, celle là j'la fais pas !

    Pas ton talent pour sublimer ce questionnaire !

    Juste que mon fond de teint c'est souvent "cernes sous les yeux", de chez "blogging un peu trop tard" (encore que là je lève un peu le pied) et mon parfum c'est Man de Rochas !

    RépondreSupprimer
  8. Hihihi, dans tes libellés il y en a un qui s'appelle "Mes secrets de beauté"... J'espère que la rubrique va s'étoffer ;)

    RépondreSupprimer
  9. Ceci était un blog littéraire qui forçait notre admiration.
    Une page se tourne.

    RépondreSupprimer
  10. Mélina : de toute façon, la vraie de vraie est introuvable ! Dis madame la maire, t'aurais pas un logement social pour moi, dans une vieille maison au soleil entourée de cyprès ? :o)

    Dorham, Gaël : c'est de la bonne vieille chaine des familles ça !!!

    Omelette : J'ai vu. Très appétissant !

    Didier : le pire est à venir ! Comme toujours.

    Lène : c'est un blog respectable ici ! Et encore, j'aurais pu écrire "la morte fleur", mais c'était le week-end, j'étais en tongue.

    Edgar : une chaine c'est une chaine. Si tu te réveilles un matin avec le cœur en moins, prélevé dans le nuit pour le compte d'un vieux milliardaire russe, tu ne viendras pas te plaindre...

    Nicolas : à la pleine lune, ce blog se transforme !! comme dans Thriller de Michael Jackson !

    Zoridae : bien sûr, je vais développer. Il est important de révéler au monde tous mes secrets de beauté.

    RépondreSupprimer
  11. La Fée minine existe bien :
    http://lafeeminime.canalblog.com/

    Les vieilles maisons(logement social) au soleil entourées de cyprès sont les cimetières, mdrr

    RépondreSupprimer
  12. Nous nous cernons mutuellement, si j'ai bien compris !

    RépondreSupprimer
  13. merci d'avoir pensé à moi; mais j'ai déjà fait le truc.

    RépondreSupprimer
  14. Fanette : ah ! Tant pis, j'essairai autre chose. La Fée Minitel, ou la Fée Racheval. Ou la Fée Caca.

    Christie : par contre moi, j'ai pas tout compris ! :o)

    Eric : je sais. C'est pour faire croire que j'ai des tas de potes... ;o)

    RépondreSupprimer
  15. Décidément, Scarlett... quel succès ^^

    RépondreSupprimer
  16. Sinon, travailler sans être payés, ça existait au Moyen-Âge, ça s'appelait la corvée.
    Et encore de nos jours, des millions de femmes au foyer...

    RépondreSupprimer
  17. Ellie 1 : Scarlett... comment dire... mais bon, l'apparence physique et le compte en banque, ce n'est pas le plus important dans la vie. C'est ce que je me tue à lui expliquer pour obtenir un rendez-vous...

    Ellie 2 : je comprends pas bien, tu ne t'es pas trompée de blog ?^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…