Accéder au contenu principal

DIURNE #1

Voilà, kéké est de nouveau mon ami. Il vient se frotter le crâne contre mon crâne en disant : "mon petit papa !". Il m'attrape l'index pour m'entraîner sur l'autoroute du canapé, à faire rouler ses voitures. Il se retourne pour vérifier si je le suis ! C'est bon, il trottine, lui devant, moi derrière.

Comme Jérôme Boche me l'a raconté, ce sont des choses qui arrivent : un soir, il allait chercher sa fille à l'école, elle a hurlé devant tout le monde, les parents, les maîtresses : "ah non ! Pas toi ! Pas papa !" Kéké m'a fait le même coup chez la nounou. Il voulait sa mère, il s'est roulé par terre, criant : "non pas papa ! pars ! petite maman ! petite maman ! "Gêné devant la nounou, j'ai fini par dire au bout de dix minutes : "ben, je vais l'habiller de force, sinon on pourra jamais partir." Et tandis que je l'emballais dans sa doudounne, il gémissait : "non ! a peur ! a peur kéké !" La raclure d'enfant... Comme si je le maltraitais. J'articulais alors : mais-pourquoi-as-tu-peur-mon-fils, histoire de signifier que j'étais très décontracté avec ça.

C'est qu'il a été malade, le pauvre. Il voulait sa maman ! Il répétait nos mots : "petite glu veut sa maman !" Et moi, juste bon à descendre les poubelles, à grommeler à table "de toute façon personne ne m'aime", à ruminer ma rancune, morose, lugubre, comme un romantique sur la falaise de mon balcon, devant une mer de voitures.

Mais le 25 au soir, il était guéri. J'ai été réhabilité. J'ai fait mon come-back. Alors j'en profite. Je le place à l'autre bout de la pièce et je dis : "cours vite dans mes bras !" Et on recommence. On se frotte le crâne. Je lui ai appris à toper. Je lui dis : "tape m'en cinq ! " C'est bon, ça.

Commentaires

  1. profites en quand il aura 11 ans ce sera plus difficile de le faire sauter dans tes bras^^

    RépondreSupprimer
  2. Il y a un truc que les papas peuvent faire aussi, c'est balancer leur Kéké la tête en bas, par les pieds.
    Les mamans, elles peuvent pas.
    Parce qu'elles sont pas assez fortes,
    Parce qu'elles ont peuuuuuuur.

    Moi, la dernière honte que j'ai eue, c'est par "homme" interposé, il avait du retard pour aller chercher le Wanou, et quand il est arrivé et s'est excusé, elle lui a répondu que c'était pas grave, qu'elle savait parce que le Wanou lui avait dit qu'il devait certainement faire les courses, passer l'aspirateur, faire le repassage ou laver la vaisselle.

    Et comme l'homme a attendu avant de le raconter, le truc, ben, j'ai pas compris tout de suite pourquoi la maîtresse me regardait bizarrement (avec une pointe d'envie ?)quand j'allais chercher mon fils.

    RépondreSupprimer
  3. Chez moi, on se la jouait bilingue.
    C'est tellement rigolo d'apprendre à son enfant à prononcer " gimme five!".
    Surtout plus fastouche que " tapes-en cinq". Avec la sucette vissée dans la bouche façon Simpson.
    Des bizettes, grave ces moments, tu vas cligner des yeux et quand tu les rouvriras, il aura 13 ans.

    RépondreSupprimer
  4. ... Oui mais, quand même, quand il aura dix ans, ou seize ans (comme mon bébé), trente ans, il aura beau toujours aimer beaucoup son papa et toper avec lui jusqu'à la fin des temps, au premier bobo, pardonne-moi de t'annoncer ça de façon si cruelle... c'est dans le giron de sa môman qu'il ira se jeter. Et c'est en fait la principale raison pour laquelle je suis bien contente de ne pas être un mec.

    Bref.

    J'ai découvert ce blog il y a quelques heures (oui, il était temps, j'étais la seule à ne pas connaître, d'ailleurs je me couvre la tête de cendres, mais voilà, c'est comme ça), alors que j'explorais avec une certaine satisfaction les sites de MES concurrents au festival de Romans. Jusqu'ici, j'avais peut-être une chance... J'ai bien dit peut-être. Mais maintenant, ça se gâte. Sévèrement...

    Il va donc falloir que je réfléchisse à un moyen discret et efficace pour éliminer ce balmeyer qui écrit fichtrement bien. Une formule magique ? Une poupée vaudou ? Non, cela ne marchera pas. Il faut bien que j'apprenne désormais à vivre avec cette certitude horrible : j'ai un concurrent de plus dont je vais donner l'adresse à mes visiteurs à moi. Qui, les traîtres, voteront peut-être pour lui.

    Bon sang, la vie est mal faite, mais votre blog, Monsieur Balmeyer, est bigrement bien fichu !

    DB_qui_va_quand_même_tenter_une_incantation

    RépondreSupprimer
  5. et si Oedipe il avait joué à Gimme five en faisant rouler des voiturettes sur un canapé, Freud il aurait plus rien eu à raconter.
    Ah ! Balmeyer ! Que n'eusses tu éxisté dès l'antiquité !
    (il est tard, désolée pour la gueule du subjonctif si elle plaît pas à la tronche de la syntaxe...)

    RépondreSupprimer
  6. >> DBardel.
    Oui, je compatis, je sais, ça m'a fait pareil la première fois.
    C'est difficile à admettre, mais c'est la dure réalité de la vie, il y a les uns.
    Puis il y a les autres.

    RépondreSupprimer
  7. ben c'est vrai , c'est pas toujours très "juste" les petits (et les grands aussi)
    mais c'est souvent la mère qui joue l'infirmière
    alors leur instinct ne les trompe pas ;-)
    c'est comme les chats avec les croquettes non ?
    j'sais pas, j'ai pas de chat

    RépondreSupprimer
  8. ouh la la ! que de choses à dire pour vous répondre !

    on va s'y prendre en plusieurs fois.

    @nicolas : tu m'as déjà dénoncé, ils ne vont plus te croire.

    @nea : c'est sûr ! Ceci dit, j'ai encore le temps de faire de la muscu, mais c'est peut-être lui qui aura la honte que je le fasse sauter dans mes bras...

    @dom : j'aime beaucoup ton anecdote ! :-)

    @Mélina : Oui, c'est bien dit, ça passe à une vitesse surprenante, même si au début, j'ai cru que j'allais cesser de dormir pendant des siècles...

    RépondreSupprimer
  9. @dbardel : le triomphe des mômans, c'est la dure réalité... Surtout que j'avais un peu la tête bourrée de l'air du temps, sur le "nouveau rôle" des papas, leur "nouvelle place", tout ça, tout ça, et puis finalement, il faut fighter

    @plancton : use le subjonctif, je trouve ça ravissant ! :-) Ceci dit, relativisons, car un quart d'heure après avoir publié ce billet, j'étais au supermarché, et kéké m'a fait un de ses premiers caprices "roulé-par-terre-devant-tout-le-monde", à dire "maman !", et à me foutre des beignes... hum... j'avais bon lui expliquer qu'il était ingrat avec tout ce que je disais de tendre sur lui dans mon blog, rien à foutre... :o)

    RépondreSupprimer
  10. @dbardel + @dom : vous êtes tombées sur la tête. Bon, je garde les compliments. C'est comme les massages des épaules, il faudrait m'en faire tout le temps, absolument.

    Et n'oubliez pas de recommencer.

    Mais ceci dit,(et j'espère y revenir un jour sans flemme), ce n'est pas trop dans mes certitudes de dire "les uns, les autres", même si je souscris à l'humour toujours délicieusement décalé de Dom... :))

    Comment préciser ça sans être mièvre ?

    Des cours de sport collectifs où j'étais nul aux commerciaux requins de mes deux, beaucoup de choses m'ont rendu allergiques à l'idée de "compétition".

    Je ne suis pas un bisounours non plus, j'aime triompher comme Jules César au Scrabble et aux jeux de sociétés, jusqu'à ce que même ma femme et ma mère en viennent à me detester.

    Mais halte, j'arrête là, c'est un trop vaste débat, mieux vaut que je prépare un billet pour en parler, d'ici juin 2008...

    RépondreSupprimer
  11. @frisaplat : oui, c'est leur instinct. C'est une vrai initiation, d'être "papa"... :) D'abord, j'ai du apprendre à m'investir totalement, et puis je dois apprendre à ne pas trop le prendre par moi, à relativiser...

    @nicolas : la SPA ont déjà trop de dossier sur moi, avec tout le mal que je fais aux chats...

    @balmeyer : ah, çà c'est moi, pas la peine de répondre.

    RépondreSupprimer
  12. Balmeyer,

    Faut toujours s'autorépondre. chez moi, je le fais de manière anonyme. "Très beau billet, si votre ramage se rapporte à votre plumage, ça me ferait bander"... ce genre de trucs.

    RépondreSupprimer
  13. Balmeyer, il faut que je te dises un truc...

    "Tape m'en cinq" !!

    Ca existe plus depuis 1999 ça !^^

    Ton fils va passer pour un ringard, apprend lui plutôt le "check", il faut être de son temps, que diable !:)

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve que kéké a un caractère bien trempé et que les journées doivent être bien animées chez vous.
    Les enfants ont quand même l'art de vous mettre dans des situations gênantes, ils y font exprès ou quoi ?

    RépondreSupprimer
  15. Difficile à dire ! Pas assez de recul ! :)

    Il a effectivement un caractère affirmé, mais dans 95% du temps, il est d'un tempérament vraiment très doux et très gentil. En fait, en temps normal, il est absolument facile à vivre, mais quand il est malade et qu'il dort peu, c'est beaucoup plus coton... comme tous les enfants, j'imagine.

    Pour finir, il est très bavard, il parle tout le temps !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…