Accéder au contenu principal

Renaissons de nos cendres : pages les plus vues

Pour conclure cette année 2007, la première de ce blog né en avril, je vais faire deux ou trois billets récapitulatifs, prendre du recul, comme disent les hommes politiques battus aux élections. Je vais faire de la nanalyse, regarder dans le vaste passé ce qui s'est passé. Je ferai un peu plus tard un petit "historique" de comment ça s'est passé, ce blog, de comment ça a démarré. Ce n'est pas absolument intéressant, mais ça m'amuse, et puis tout le monde est parti en vacances.

Et après le passé, on pourra passer à autre chose. Je n'aime pas les répétitions, mais je suis fou dans ma tête ce soir, ohé ohé.

Ça faisait un moment que je n'avais pas regardé en profondeur mes "statistiques". Au début de ce blog, en avril, en mai, en juin, j'adorais regarder mes statistiques : 5 lecteurs ! C'est formidable ! Je suis z'influent ! Si on enlève mon épouse, Nathalys, Kéké (2 ans), ça fait quand même 2 inconnus que je ne connais pas et dont j'ignore l'identité ! Youpi ! Et puis après, j'ai eu plus de monde, porté par les vents et les marées de blogueurs m'ayant pris sous leurs ailes déployées comme des poules de l'apocalypse j'ajoute des mots juste pour ajouter des liens (mais j'en oublie sans doute).

Tout d'abord, voici la liste des onze pages les plus vues de ce blog, hormis bien sûr la page d'accueil. Je le découvre presque en même temps que vous (un peu avant, quand même, sinon c'est vous qui écrivez l'article, et moi qui le lis, ça n'a aucun sens).

1. http://balmeyer.blogspot.com/html?blogID=8861374609918019882
C'est la "Page introuvable" du blog. Ah ben ça commence bien...

2. Paroles de Stars (1) : J'aime me mettre en danger
La première fois que j'ai eu un article en lien chez un autre blog. C'était ici, je m'en souviens, un quatorze juillet. Jacques Chirac a fait un feu d'artifice pour fêter ça.

3. Entracte : le caleçon noir
Inexplicable. J'aurais du parler de LM nu, dans cette sombre historie de piscine : à l'heure qu'il est, je serais le roi du pétrole.

4. Mathieu Vaidis de retour sur YouTube... sic transit gloria mundi
Un sous-article dont l'intérêt se détecte difficilement au microscope atomique, mais ça a dû être les mots-clefs du moment. C'était en août, j'avais le droit.

5. Demain, j'enlève le bas.
Un non-article, pour le concours de mry des blogueurs à poil.

6. Mon père, ce héros du camion poubelle.
Je vends des calendriers camions-poubelles, au fait. Avec moi dedans, nu dans la benne.

7. Le gâteau au chocolat
Je vends des calendriers gâteau au chocolat, au fait. Avec moi dedans, nu dans le chocolat.

8. Curriculum-Vitae, vie encerclée
Un article repris sur "Equilibre Précaire".

9. Boys and girls of every age...
Bon, ben des mots en anglais ça aide...

10. Entracte : le caleçon noir. Tiens ? Un doublon ? Je vends des caleçons noirs, au fait, avec moi nu dedans.

11. Manger de la lumière
Je vends de la lum... bon on a compris.

Conclusion hâtive : les gens voient beaucoup de pages invisibles. They see dead pages.

Commentaires

  1. Ca n'est pas les ailes déployées... mais dévoyées.

    RépondreSupprimer
  2. et dire que je ne peux pas faire ça moi avec mon blog tout neuf^^

    RépondreSupprimer
  3. @nea : tu ne peux pas le faire avec ton blog tout vieux ?

    Enfin, au rythme où tu publies, dans un mois tu auras fait plus de billet dans ton blog tout neuf que moi de toute ma vie ! (en plus, ils sont tous de bonne facture, c'est énervant à la fin ! :)))

    RépondreSupprimer
  4. je pourrais oui, faut que j'y pense... ah ça fait du bien d'avoir un compliment, je me suis fait traiter de troll ce matin^^

    RépondreSupprimer
  5. je précise il a dit "troll sympathique"... alors voyons voir c'est un gai luron, il aime bien les bistrots, il aime les gadgets de blogs inutiles^^

    RépondreSupprimer
  6. Tu pars sur un article pour dire "vive moi" et finalement, tu en viens à fêter les autres blogueurs. Voilà comment on devient z'influent ! :-)))

    [merci pour LES liens !]

    RépondreSupprimer
  7. merci monsieur poireau ! Le seul hic c'est "influent de quoi ?" !!!

    C'est à quinze ans que j'aurais aimé être influent, à l'époque des boums !! :-)))

    RépondreSupprimer
  8. @balmeyer,

    C'est pas grave... MAis c'est pas une raison pour me comparer à une poule. Ou alors une poule de luxe si tu m'offres des vacances en Egypte.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…