Accéder au contenu principal

Nightclubbing, vie nocturne

Et maintenant une page de publicité.

Je suis parti prenante, ayant investi la moitié de ma fortune, c'est à dire quatre milliards de dollars, dans ce projet fou : publier un blog.

En fait, il s'agit simplement d'une petite expérience, diffuser un recueil, avant sa sortie sur papier, dans un blog. On y trouvera des illustrations accompagnées de textes brefs. Les illustrations sont des gravures sur linoléum. Est-ce que cette technique brute et sensuelle va passer sur un écran d'ordinateur ? Nous verrons bien.

Si cette lecture vous intéresse, je vous suggère d'ajouter momentanément dans vos favoris et autres netvibes ce blog qui durera un mois de janvier 2008. Ça va être, bref et furtif. Les auteurs diront ce qu'il en ressortira.

Les gravures sont signées Cindy Cookie, les textes Jean Valstar.

C'est ici : http://nclubbing.blogspot.com

Ce billet a été sponsorisé par moi.

Commentaires

  1. Ok c'est fait !

    Vous devriez peut-être faire une bannière à afficher sur nos blogs...

    RépondreSupprimer
  2. Ah tiens, pourquoi pas ? On va voir, c'est plutôt intimiste comme truc, du genre "blog de l'ombre" ! :o))

    RépondreSupprimer
  3. Jean Valjean et Iggy Pop n'étaient pas disponibles ?

    RépondreSupprimer
  4. c'est dans la boîte... dis donc t'essaie de me battre en nombre de billets journaliers avoue^^

    RépondreSupprimer
  5. ah ah ! nea, je n'oserais jamais jouer à ça, je m'épuiserais au bout de trois jours ! :)

    RépondreSupprimer
  6. une joyeuse année chez toi et pour toi cher Balmeyer !
    une bise pleine de tendresse à ton petit Kéké aussi !

    RépondreSupprimer
  7. Je rajoute dans mon netvibes.
    Et surtout j'en profite pour te souhaiter à toi et à ceux que tu aimes une année remplie de bonheurs, des grands comme des petits.
    Avec un bisou especial pour Kéké, un bisou de tendresse au tit'bout.

    RépondreSupprimer
  8. Balmeyer, parce que venir ici ne me laisse jamais indifférente, je t'embrasse et te souhaite une belle année pleine de mots.

    PS j'ai renvoyé Georges ce cochon !

    http://lesfemmesendisent.blogs-handicap.com/archive/2007/12/31/pour-les-zommes.html

    RépondreSupprimer
  9. Bonne année 2008 et tous mes voeux de bonheur et de santé pour commencer. Rien à voir avec le contenu du billet, mais comptes-tu te rendre à la République des blogs, le mercredi 30 janvier prochain ? J'y serai personnellement, une façon de donner un peu de réalité à mes activités cybernétiques...

    RépondreSupprimer
  10. Vu que Marie l'a renvoyé, et qu'on a déjà le cochon.
    Euh, George ? tu peux venir chez nous ??
    On a une super baignoire.

    RépondreSupprimer
  11. Bonne année , voilà , j'ai deux blog balmeyer dans mes favori, si l'un décroche , je suis parée ...Bonne chance pour l'avenir de tes textes !

    RépondreSupprimer
  12. @nicolas : merci.

    @romy : bonne année à toi ! Encourage bien ton fiston dans son combat contre le Président ! :-)

    @dom : merci pour l'ajout ! Voilà c'est fait le bisou à kéké, mais il avait un petit goût de vomi : il a encore chopé un truc. L'année a commencé... tôt.

    @justmarieD : c'est un plaisir d'avoir fait ce sale coup à Georges "what else" !

    RépondreSupprimer
  13. @Criticus : les réunions de blogueurs ont toutes lieu le mercredi, jour où je peux difficilement me libérer... j'aimerais plutôt essayer Paris-Carnet, la RdB est très politique, j'aurais l'air de ça. En outre, les derniers comptes rendus, avec ces histoires de Voici-Gala-Closer, me donne plutôt envie de fuir.

    @dom : Georges, va faire un bain chez dom, et met dans l'eau un max de capsule.

    @mc : merci ! Cet autre "blog" décrochera fin janvier, voire disparaitra, car c'est une chose très furtive ! :)

    RépondreSupprimer
  14. mc,

    N'oublie pas tumblr.com/balmeyer !

    RépondreSupprimer
  15. à Balmeyer je ne lis pas trés vite et je ne te connais pas depuis trés longtemps, il est donc hors de question que ce blog disparaisse !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…