Accéder au contenu principal

[Liens] Des mobylettes et des sous-marins

En train de bloguer. Mais hors ligne. Étrange non ? Le vaisseau mère prend la pluie comme un mobylette garée devant chez moi, tandis que je bichonne quelques grotesques sous-marins, dans les profondeurs.

En attendant, bonne nouvelle, Fishturn est de retour, dans un blog "Fous et Merveilles volume 2". Le concept est passionnant, il pousse loin ce principe qui nous est cher, le blog. L'écriture est vraiment magistrale, prenez une place, à l'orchestre.

Le temps passe trop vite ? Faites-le donc arrêter. Par la Police, de préférence, blog mené de main de maître par Bénédicte Desforges. Pour un poulet, elle a une sacré belle plume (je prends la porte, je sais). Et si ses histoires sont terribles, elle, elle est absolument sympathique.

Voilà, je ne tomberai pas non plus dans le piège du copinage éhonté en citant encore une fois Gaël et Nicolas (qui lui n'hésite jamais à faire un lien vers filaplomb, c'est honteux), je risquerais de me faire tancer par "Crise dans les médias".

Sinon, dans ceux que j'ai déjà cité, une fois, des jolies histoires de zozo comme je les aime. Ai-je cité Fannette et nea ? Non, pas encore.

Ai-je dit que les ménagères de moins de cinquante ans avait changé leur visuel ? Voilà qui est fait.

Allez, pour finir, avant ma saga "Kéké contre chez les extraterrestres en 45 billets", des choses en vidéo. Vous avez certainement entendu parler de Nicolas et Rachida, mais j'aime bien aussi celle là, par la Chanson du Dimanche :



EDIT : pour ceux que ça interesse, je me sers de mon petit compte tumblr pour noter des liens qui me plaisent, comme cet article d'Otir, par exemple.

Allez, à bientôt.

Des bizettes... ;)

Commentaires

  1. Oh non ayé, tu es contaminé.
    Mais sache que désormais, c'est muni d'une sulfateuse qu'il va te falloir faire des bizettes.

    RépondreSupprimer
  2. Je connais au moins 2 ou 3 blogs que tu as oublié de citer.

    RépondreSupprimer
  3. blogger déconne en ce moment, impossible de corriger les fautes de ce billet... désolé...

    @nicolas : lesquels ? Le problème, c'est que trop de liens tuent les liens ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. waw. Tu me surestime, mais c'est agréable :-)

    thanks ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Alors je connais la plupart des blogs que tu cites, je vois qu'on a les mêmes goûts, donc je vais aller faire un tour sur ceux que je ne connais pas encore.
    Pour la bonne nouvelle, oui, Fishturn de retour, je dois avouer que ça m'enjaille. J'avais laissé son rss ocazou dans mon netvibes, faut croire qu'être optimiste ça paye.

    RépondreSupprimer
  6. Les deux joyeux et sympas "chanteurs du dimanche", Alec & Clément, viennent de tourner en début de semaine sur le Pont-Neuf une nouvelle version - plus Clip apparemment - du petit cheminot... A découvrir bientôt!

    Tout à fait d'accord avec toi pour Fishturn, Balmeyer! Et merci pour tous ces liens, plein de nouveaux blogs à (re-)découvrir!

    RépondreSupprimer
  7. @Fishturn, je suis d'accord avec Balmeyer, le billet sur lequel il a fait un lien était magnifique... Comme on ne peut laisser de commentaire à l'adresse indiquée, désolée Balmeyer mais je me sers de ta boîte !

    @Balmeyer : merci de m'avoir mise en compagnie si agréable...

    RépondreSupprimer
  8. idem que les blogo-potes, Balmeyer : merci pour les liens !
    (c'est bon les blogs, ça sociabilise mine de rien)

    signé : poulet un jour, grillé toujours.

    RépondreSupprimer
  9. Je boude...Anonymement certes, mais je boude...

    RépondreSupprimer
  10. ben moi aussi puisque c'est ça.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…