Accéder au contenu principal

Nocturne #1

Mon chat, avec ta tête de Don Quichotte, hanté par la faim.

Mon chat, grosse créature au visage maigre, regard dément de la bête perdue dans sa quête sans fin pour ses croquettes. Tu vis entre peu de murs, tu ne connaîtras pas autre chose, ni Java, ni Sumatra, ni Honolulu, ni Teotihuacan, la Cité des Dieux, ni même Nogent-sur-Marne, non, juste la rumeur inextinguible du boulevard Barbès, au loin.

Mon chat, ta grosse tête de Don Quichotte absurde, ton errance sans répit sur les lattes du plancher, à la recherche de la croquette idéale comme le sculpteur ivre de beauté. Tu n'es pas un privilégié, mon chat. Moi j'écoute de la bonne musique, toi tu écoute de la musique minable de chat. Moi je mange de la bonne viande fraîche, en me tapant le ventre, toi tu manges des yeux de brebis, dans tes croquettes, en te grattant l'oreille. Moi je me déplace, souple, libre, j'arpente les métros, je tâte du boulevard, toi tu as ta carte orange du canapé, trajet immobile, terminus sommeil. Moi je vis longtemps, et je meurs triomphant, dans un lit entouré par mes dix enfants, et toi tu meurs castré, prés de ta gamelle.

Dieu ne t'as pas réservé de paradis pour les chats, avec son océan de croquettes, sa litière toujours propre, sa résurrection tranquille, non, pour toi, il n'y a que le canapé du néant, et la litière du vide, l'équarrissage et la fin du monde. Avec ta tête maigre de Don Quichotte. Pas de bol. Mon ombre d'appartement. Mon fantôme soyeux, spectre orange de poils. Figurant de nos vies.

Ce soir, je m'assois avec toi, dans la cuisine, parmi tes croquettes et ta caisse. Tu as décoré ta litière de crottes noires, comme un sapin de Noël puant. Je m'assois à côté de toi, c'est ça l'effet étrange d'une soirée arrosée entre amis. Tu me regardes avec surprise. Je te murmure : brave chat ! C'est ça d'avoir dégusté quarante cinq verres de vin. Je t'explique l'ordre du monde. Compagnon hébété, nous serons égaux dans le néant, tête à claque, tronche de Don Quichotte avec tes yeux énormes. Je te serre dans mes bras, tu ronronnes, tu es bien, tu me regardes, tes yeux noirs ouverts, inconsolable mais consolé ; tu es content. Le néant ! Doux endroit, peuplé de mélancoliques animaux de compagnie.

Commentaires

  1. "peuplé de mélancoliques animaux de compagnie" avec de mélanalcooliques maîtres ?

    "Moi je vis longtemps, et je meurs triomphant" après avoir bossé comme un con pendant 40 ans...

    RépondreSupprimer
  2. Moi je dis, fallait faire picoler le chat.
    Mais ttation, bien lui dire de vomir dans la litière.
    des bizettes

    RépondreSupprimer
  3. Moi je dis, fallait faire picoler le chat.
    Mais ttation, bien lui dire de vomir dans la litière.
    des bizettes

    RépondreSupprimer
  4. Prochaine étape, parler avec les poissons rouges.
    Seul problème, deux secondes après ils ont oublié de quoi on parlait, bon, en même temps, vu l'état dans lequel tu sembles parfois te mettre cela peut aussi être l'interlocuteur idéal.
    Là, tout de suite, faut que je cause aux crevettes.

    RépondreSupprimer
  5. @nicolas : exactement !

    @mélina: exactement ! [c'est moi qui picole, et toi qui poste en double ! arf ! :-)) ]

    @dom : mort de rire ! :D Nan, les poissons rouges ne m'ont jamais attendri...

    @frisaplat : merci.

    RépondreSupprimer
  6. j'attendais que tu goutes les croquettes pour être vraiment en phase avec lui^^

    RépondreSupprimer
  7. @nea : gouter les croquettes, j'imagine que c'est un truc après une soirée vodka, ça... des coups à s'endormir dans la litière. :)

    RépondreSupprimer
  8. Mé euh... Chuis sûre que y'a un paradis des chats d'abord. Les miens, je sais qu'ils courent dans des champs tout verts avec plein de souris... sans route et sans voiture, sans feu, sans poison, sans chasseur, sans puce, sans véto, sans cage...
    mpfff... Je le sais bien puisque c'est comme ça que je le veux !

    RépondreSupprimer
  9. @nea : tu parles d'expérience ? :o)

    @plancton : moi aussi je veux bien y croire ! C'est où qu'on signe ?

    RépondreSupprimer
  10. tu veux rire, je n'ai pas de chat, beurkkk^^

    RépondreSupprimer
  11. @nea : tu veux rire, moi j'ai deux chats, je te confirme, beurkkk... :-)

    [avec le pack "copine", j'ai eu droit à deux gros matous en plus, gratuit, cadeau, offert ! Et qui dit gros matous, dit gros cacas, bref je te passe les détails...]

    RépondreSupprimer
  12. à bas les animaux domestiques^^

    RépondreSupprimer
  13. oué ! Libérons les animaux domestiques de leur cage ! Tuons les tous !

    RépondreSupprimer
  14. ah ah ah ah ! :D

    Je la sortirai celle-là, au prochain bombardement de pisse sur le linge sale...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…